VIDEO. Felix Baumgartner: Mission accomplie

DÉFI 'Autrichien de 43 ans a franchi le mur du son en chute libre après avoir sauté d'une hauteur de 39.000 mètres...

Avec Reuters

— 

Felix Baumgartner célèbre son saut supersonique près de Roswell (Nouveau-Mexique), le 14 octobre 2012.
Felix Baumgartner célèbre son saut supersonique près de Roswell (Nouveau-Mexique), le 14 octobre 2012. — BALAZS GARDI/RED BUL/SIPA

Le parachutiste autrichien Felix Baumgartner s'est jeté dimanche dans le vide au-dessus du ciel de l'Etat américain du Nouveau-Mexique, à partir d'une capsule volant à 39 km d'altitude, et a franchi le mur du son.

>> Revivez l'ascension et le saut de Felix en live par ici

>> Le portrait de Felix Baumgartner est à (re)lire par là

Le parachutiste, âgé de 43 ans, s'est posé sans encombre dix minutes plus tard après avoir franchi le mur du son, battant ainsi trois records du monde: plus haut vol stratosphérique d'un homme à bord d'un ballon, plus haut saut stratosphérique, et franchissement du mur du son par la vitesse la plus rapide jamais atteinte en chute libre.

«On t'aime, Felix!», a crié la foule, rassemblée sur le site de Roswell, alors que le parachutiste s'élançait de la capsule, transportée à 39.045 mètres d'altitude par un gigantesque ballon d'hélium, pendant une ascension de deux heures et demi suivie en direct à la télévision et sur internet par des millions de personnes.

«C'était plus dur ce que je pensais»

L'Autrichien a ouvert son parachute, à environ 2,5 km du sol, après avoir chuté de 36.529 mètres, remportant ainsi son second record, celui du plus haut saut en chute libre. Felix Baumgartner a atteint une vitesse de 1.342,8 km/h, lors de son saut, dépassant ainsi le mur du son, atteint à 1.110 km/h, 65 ans jour pour jour après l'exploit du pilote Chuck Yeager, qui avait été le premier à franchir cette limite, mais l'avait fait à bord d'un avion.

«C'était plus dur ce que je pensais», a déclaré Felix Baumgarter après son atterrissage. «Parfois, il faut aller vraiment haut pour se rendre compte que l'on est vraiment petit.»