Don du sang : un geste généreux très réglementé

©2006 20 minutes

— 

D'après l'Etablissement français du sang, 4 % des Français donnent leur sang tous les ans. Quelque 500 000 malades en bénéficient. En l'absence de produit de substitution totale, les transfusions restent indispensables pour soigner de nombreuses pathologies, telles que les fortes hémorragies, certaines leucémies ou encore l'hémophilie. Pour satisfaire la demande, 8 000 dons de sang par jour sont nécessaires.

1. Qui peut donner son sang ?

Toute personne âgée de 18 à 65 ans, en bonne santé, d'un poids supérieur à 50 kg. Une grossesse en cours, un accouchement ou un allaitement dans les six mois précédents constituent des contre-indications temporaires. Un antécédent de transfusion où un organe greffé contre-indiquent définitivement un don de sang. Il n'est pas nécessaire d'être à jeun. Consommer un repas léger est même recommandé. Le sang prélevé se renouvelle en quelques heures.

2. Y a-t-il des restrictions médicales ?

Oui. Des soins dentaires, une allergie dans les quinze jours précédents, une vaccination ou une infection récente constituent des motifs de refus temporaires, de même qu'un changement de partenaire sexuel dans les quatre mois ou une hospitalisation depuis six mois. Des restrictions censées réduire les risques de transmission de certaines maladies infectieuses. En cas d'anomalie, le donneur est informé en toute confidentialité et son sang ne sera pas utilisé. Il ne court aucun risque de contamination lors du prélèvement.

3. En quoi consiste un don de sang autologue ?

Il permet d'être transfusé avec son propre sang prélevé en prévision d'une intervention chirurgicale potentiellement hémorragique. Le sang est conservé en sécurité.

J.-M. Daniel