Tatouages éphémères mais allergies durables

©2006 20 minutes

— 

Un papillon sur une épaule ou un dauphin sur la hanche qui disparaissent en quelques jours... Voilà le genre de tatouages éphémères dont les jeunes raffolent en été. L'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé met en garde contre certains produits de tatouage au henné contenant de la paraphénylènediamine, dite « PPD ». Cette teinture est utilisée en coiffure, mais à des doses infimes. Ce produit rajouté illégalement par les fabricants est censé donner au henné la couleur noire recherchée par les clients. Ces tatouages sont pratiqués sur les plages, sur les marchés ou lors de rassemblements festifs. Réalisés à main levée ou à l'aide de calques, ces tatouages éphémères peints ou collés n'ont rien à voir avec les dessins permanents des tatoueurs professionnels où les décalcomanies pour enfants.

Très allergisant, le PPD peut donner lieu dans les jours ou semaines qui suivent à un eczéma. Des démangeaisons se font sentir et le tatouage vire au rouge. Cette réaction cutanée laisse parfois place à une cicatrice définitive, bien après la disparition du tatouage. La présence de PPD peut entraîner une réaction nécessitant une hospitalisation en urgence. Une allergie qui peut justifier l'interdiction de certaines professions ayant recours au PPD, comme en coiffure, dans le travail du cuir ou du caoutchouc. Attention donc aux tatouages réalisés en quelques minutes. Si le produit utilisé est d'un noir de jais et que l'on est déjà allergique aux teintures capillaires, une vigilance accrue est de mise.

Dr Jean-Marie Daniel

L'allergie au PPD dure toute la vie. Tout contact avec un produit en contenant, ou responsable d'allergie croisée avec le PPD (vêtements sombres, anesthésique local...), risque de provoquer un nouvel eczéma.