Coup de tabac sur les cigarettes

©2006 20 minutes

— 

La fumée se révèle aussi un frein déterminant à la fréquentation d'un établissement. Elle est la troisième cause citée par les Français déclarant aller moins souvent dans les bars.
La fumée se révèle aussi un frein déterminant à la fréquentation d'un établissement. Elle est la troisième cause citée par les Français déclarant aller moins souvent dans les bars. — Christophe Simon AFP/Archives

C'est aujourd'hui la Journée mondiale sans tabac, placée sous le signe de la dangerosité du tabac quelle que soit sa forme. On estime en effet à 4 000 le nombre de composants, la plupart hautement toxiques, présents dans la fumée du tabac. Parmi eux, la nicotine bien sûr, responsable du phénomène de dépendance mais aussi d'effets délétères sur le système cardio-vasculaire, comme l'accélération du rythme cardiaque, l'augmentation de la tension artérielle et de la fréquence cardiaque. Cette molécule alcaloïde, qui apparaît dès que la cigarette est allumée, met sept secondes pour arriver au cerveau, d'où le soulagement immédiat ressenti par le fumeur en manque. Les industriels du tabac rajoutent d'ailleurs de l'ammoniac, un modificateur de la combustion qui renforcerait cette dépendance nicotinique. La fumée contient aussi du monoxyde de carbone, qui se fixe sur l'hémoglobine des globules rouges, délogeant au passage l'oxygène et expliquant ainsi les difficultés respiratoires du fumeur... et de l'entourage !

Même les cigarettes avec filtre font inhaler des goudrons, responsables de la presque totalité des cancers bronchiques et de nombreux autres (bouche, larynx, vessie...). De même, les cigarettes « light » restent dangereuses acr le fumeur inhale davantage de fumée pour satisfaire sa demande cérébrale. Le tabac contient aussi des substances irritantes qui paralysent les cellules ciliées qui tapissent les parois bronchiques, sortes d'escaliers mécaniques permettant de faire remonter les mucosités vers l'extérieur. Des irritants responsables des bronchopathies chroniques obstructives (BPCO).

Dr Jean-Marie Daniel

Les cigarettes légères, ou light, « allégées » en goudrons et en nicotine, demeurent dangereuses, car le fumeur inhale inconsciemment beaucoup plus de fumée pour satisfaire la demande cérébrale en nicotine.