Les « Florange »à l'offensive

Delphine bancaud (avec Reuters)

— 

Les syndicats ont prévu une série d'actions coup de poing.
Les syndicats ont prévu une série d'actions coup de poing. — POL EMILE/SIPA

Ils ont mis leurs menaces à exécution. Environ 200 sidérurgistes ont envahi lundi matin les locaux de la direction d'ArcelorMittal à Florange (Moselle), avec l'intention de s'y maintenir tant que l'entreprise n'aura pas annoncé le redémarrage des deux haut-fourneaux.
Les salariés avaient annoncé en fin de semaine dernière leur intention de passer à l'action. Ils protestent contre l'annonce faite mardi dernier du non-redémarrage au deuxième trimestre des deux haut-fourneaux, arrêtés, l'un depuis juillet, l'autre depuis octobre 2011. Un comité central d'entreprise doit officialiser l'information jeudi à Paris. L'intersyndicale d'ArcelorMittal (qui réunit la CFDT, la CGT, Force ouvrière et la CFE-CGC) veut ainsi forcer la main de la direction, mais également interpeller les politiques sur l'avenir du dernier site lorrain de la « filière liquide ». Prêts à une action de longue durée, les syndicats ont prévu une série d'actions coup de poing au cours des jours prochains.