Drogues : Les secteurs professionnels inégalement touchés

SANTE Un baromètre des consommations de drogues douces ou dures sur le lieu de travail vient d'être publié...

Delphine Bancaud

— 

Un fumeur de marijuana.
Un fumeur de marijuana. — Nelson Antoine / AP / SIPA

Pour la première fois, l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (Inpes) publie un baromètre* des consommations psychoactives en milieu professionnel. Révélé hier, il montre que celles-ci diffèrent vraiment d’un secteur  d’activité à un autre.

La consommation d’alcool est ainsi particulièrement fréquente dans l’agriculture et la pêche (16,6% d’usage quotidien, contre 7,7% pour l’ensemble des actifs) et de la construction (13,4%). Ce secteur est aussi touché par l'usage de cannabis par les salariés (13% des consommateurs dans l’année), tout comme les arts et spectacles (16,6%) et l’hôtellerie-
restauration (12,9 %).

Quant aux drogues dures (cocaïne, ecstasy, poppers, champignons hallucinogènes), elles sont surtout consommées dans les arts et spectacles, suivis par l’hôtellerie-restauration, l’information, la construction.

A contrario, certains secteurs se distinguent par la sobriété de leurs salariés en matière de drogues. C’est le cas de l’administration, l’enseignement, la santé, l’action sociale, les services à la personne.

Autre constat de l’Inpes : plus d’un tiers des fumeurs réguliers (36,2%), 9,3% des consommateurs d’alcool et 13,2% des fumeurs de cannabis déclarent avoir augmenté leurs consommations en raison de problèmes liés à leur travail au cours des douze derniers mois. Le renforcement de ces conduites addictives étant plus important chez les chômeurs que chez les actifs.

*Enquête réalisée du 22 octobre 2009 au 3 juillet 2010 par téléphone auprès de 27 653 personnes.