Prothèses mammaires: Quels sont les risques réels?

DÉCRYPTAGE 20 Minutes» fait le point sur les risques liés au silicone dans les implants de marque PIP...

Julien Ménielle

— 

Une plainte a été déposée vendredi à Marseille (sud) à l'encontre de la société allemande qui certifiait le gel contenu dans les prothèses mammaires défectueuses du fabricant varois PIP, soupçonné de fraude, a-t-on appris auprès d'un avocat des victimes, confirmant une information du Parisien.
Une plainte a été déposée vendredi à Marseille (sud) à l'encontre de la société allemande qui certifiait le gel contenu dans les prothèses mammaires défectueuses du fabricant varois PIP, soupçonné de fraude, a-t-on appris auprès d'un avocat des victimes, confirmant une information du Parisien. — Gerard Julien afp.com

L’annonce du décès d’une patiente dont la prothèse mammaire de marque Poly Implant prothese (PIP) s’était rompue, inquiète les quelque 30.000 patientes qui en sont porteuses. A Marseille (Bouches-du-Rhône), où vivait la victime, le parquet a reçu plus de 2.000 plaintes de patientes et va ouvrir une information judiciaire pour «blessures et homicide involontaire». 20 Minutes fait le point.

Le lymphome de la patiente décédée lundi est-il lié au silicone?

Rien n’a été prouvé. La famille de la victime affirme que c’est le cas, mais l'Agence des produits de santé (Afssaps) affirme qu’on ne peut pas établir formellement un lien de cause à effet. «Il y a des millions de femmes qui vivent avec de la silicone dans le corps sans problèmes», rappelle le Dr Jean-Luc Roffé, chirurgien plastique.

Que disent les études médicales sur ce sujet?

Les avis divergent. «On ne connaît pas encore les mécanismes qui entrent en jeu. Mais le lien est avéré» entre prothèses mammaires et lymphome, a indiqué au Parisien le professeur Laurent Lantieri, chef du service de chirurgie reconstructrice de l’hôpital Henri-Mondor de Créteil (Val-de-Marne). «L’autorité compétente américaine (FDA) ont relevé 60 cas de lymphomes non-Hodgkiniens dans le monde chez des femmes porteuses d’implants mammaires sur 5 à 10 millions de femmes implantées. La FDA a conclu qu’au vu de cette fréquence extrêmement faible, la sécurité de ces produits n’est pas à ce jour remise en question», répond l’Afssaps.

Pourquoi les prothèses PIP sont-elles en cause?

Leur silicone n’est pas conforme. En mars, l’Afssaps a suspendu l’utilisation des implants PIP en raison d’un taux de rupture deux fois plus élevé que la normale. Au cours de leur enquête, les inspecteurs Le silicone utilisé n'était pas destiné à un usage médical, mais industriel.

En quoi ce silicone non-médical est-il dangereux? 

Il dégrade la poche qui le contient. Sa nature favorise les fuites qui fragilisent l'enveloppe de l'implant et peut entraîner sa rupture. Selon l’Afssaps, les analyses n’ont pas révélé d’effet génétoxique de ce gel (effet sur l’ADN des cellules pouvant entraîner un cancer), mais ont mis en évidence un pouvoir irritant que ne présente pas le silicon médical, et  qui peut entraîner des réactions inflammatoires.

Que faire en cas de doute?

Consultez votre médecin. Vous pouvez aussi joindre l’Afssaps au numéro vert dédié aux implants mammaires PIP, le 0800 636 636, accessible à partir de ce vendredi, du lundi au samedi de 9h à19h (ouverture exceptionnelle le dimanche 27 novembre sur les mêmes horaires).

Quelles sont les modalités de remboursement?

Elles dépendent des cas de figure. L’assurance maladie rembourse tous les frais liés au retrait (ou explantation) des prothèses PIP. La pose d’une nouvelle prothèse n’est remboursée que dans le cadre d’une reconstruction après chirurgie du cancer du sein.