Une proposition de loi sur l'accès des mineures à la pilule

SANTE Une députée UMP souhaite qu'elles puissent l'obtenir anonymement, gratuitement et facilement...

Gilles Wallon
— 
Des tablettes de pilules contraceptives.
Des tablettes de pilules contraceptives. — AFP PHOTO/MYCHELE DANIAU

Obtenir la pilule contraceptive anonymement, gratuitement et facilement, même si l’on n’a pas encore 18 ans. C’est l’objet d’une proposition de loi déposée lundi à l’Assemblée nationale par la députée UMP Bérengère Poletti.

Cette élue a remarqué que «toutes les filles mineures n’ont pas forcément accès aux centres de planning familial», où la pilule est déjà distribuée gratuitement et anonymement. «En zone rurale ou en banlieue de grande ville, il peut être difficile d’accéder à ces centres», explique la députée. Elle propose donc que la pilule puisse être prescrite désormais aux mineures par les médecins généralistes, sages-femmes ou gynécologues. Toujours gratuitement, anonymement, et sans l’accord des parents.

Deux cent mille femmes ont eu recours à une IVG en France en 2010

Les jeunes filles pourraient ensuite aller chercher la pilule en pharmacie, «sans que cela n’apparaisse sur le relevé de Carte vitale.» Cette proposition de loi divise la majorité (lire encadré), et le chemin est encore long avant qu’elle soit discutée à l’Assemblée.

Pour Bérengère Poletti, la société française a créé «une situation injuste: quand une mineure a un souci, on prend en charge gratuitement et anonymement la pilule du lendemain ou l’IVG. En revanche, si cette jeune fille n’est pas bien conseillée, elle peut connaître une situation douloureuse.» Deux cent mille femmes ont eu recours à une IVG en France en 2010.

La majorité a du mal à se décider

La proposition de loi sur le meilleur accès à la pilule pour les mineures divise la majorité. La secrétaire d’Etat à la Santé, Nora Berra, est contre, estimant que le projet laisse de côté «l’autorité parentale.» Son ministre de tutelle, Xavier Bertrand, ne s’est pas encore prononcé. «Je ne suis pas sûre qu’il soit contre», espère Bérengère Poletti.