Mediator en direct: Le Guen demande la «mise sous tutelle publique» du groupe

20minutes.fr avec agences

— 

Jacques Servier, président du laboratoire éponyme, devant l'Elysée.
Jacques Servier, président du laboratoire éponyme, devant l'Elysée. — FACELLY / SIPA

Libération et lefigaro.fr révèlent des extraits des procès verbaux de plusieurs médecins: ils révèlent que le laboratoire Servier savait que son médicament était un coupe-faim, et qu'il l'a caché lors de son introduction sur le marché, le présentant comme un antidiabétique, pour obtenir l'autorisation en 1973. Pour plus de détails, cliquez ici

Ce live est désormais terminé, merci de l'avoir suivi sur 20Minutes. Retrouvez la synthèse des événements de ce mardi en cliquant ici.
18h57: Le Guen demande la «mise sous tutelle publique» de Servier
Le député de Paris Jean-Marie Le Guen (PS), qui avait déjà demandé la mise sous séquestre des biens de Jacques Servier, le patron des laboratoires, a réclamé la «mise sous tutelle publique» du groupe.
16h58: «Les victimes du médiator ont droit à la justice»
Eva Joly se «félicite de cette probable mise en examen» des Laboratoires Servier.  «Les victimes du médiator ont droit à la vérité et à la justice», a-t-elle ajouté dans un communiqué. Cette affaire doit permettre de «faire toute la lumière sur les conflits d’intérêts qui minent la confiance des Français et des Européens dans leur système de santé», ajoute la candidate d’Europe Ecologie-Les Verts.
16h20: Voir le reportage de l'AFP sur les mensonges présumés du laboratoire Servier
14h29: Servier convoqué par la justice avant une possible mise en examen
Les juges d'instruction en charge de l'enquête ont convoqué les laboratoires Servier sont convoqués en vue d'une possible mise en examen, selon leur avocat.

>> Pour en savoir plus, c'est par ici

13h03: L'avocat de la Mutualité française conforté
L'avocar de la Mutualité française,  Me Patrick Maisonneuve, interrogé par lefigaro.fr juge que «ces dépositions confirment totalement la tromperie sur la nature du produit et la manœuvre frauduleuse destinée à gruger les autorités sanitaires dans le but d'obtenir l'autorisation de mise sur le marché du Mediator».
13h00: L'avocat de Servier met en cause les médias
Dans un article publié sur lefigaro.fr, Me Hervé Témine met en cause le traitement médiatique infligé à son client. «Les règles de procédure ne sont pas respectées à l'égard des laboratoires Servier», explique-t-il, ajoutant que «non seulement le secret de l'instruction est violé mais personne ne se soucie d'enquêter de manière équilibrée ni de recueillir la position du laboratoire avant de publier des informations».
12h45: Une audience se tiendra le 26 septembre au tribunal de Nanterre sur ce dossier porté par environ 150 plaignants pour fixer les débats sur le fond au printemps, avec sur les bancs des prévenus les laboratoires Servier, sa filiale commerciale, son président fondateur Jacques Servier, 88 ans, et quatre autres dirigeants.
12h17: Servier publie un communiqué pour démentir et met en cause la mémoire des médecins
«Les laboratoires Servier réaffirment formellement n'avoir trompé ni les autorités de santé ni les patients», lit-on dans ce communiqué. «Les témoignages cités de deux personnes sur des faits qui remontent à plus de quarante ans et sur lesquels le Professeur Charpentier admet lui-même que sa mémoire est défaillante, ne sont pas en accord avec l'ensemble des données scientifiques et réglementaires», ajoutent-ils.
12h05: «Le mensonge est une culture d'entreprise chez Servier», pour François Honnorat, avocat de certaines victimes du Mediator. A Reuters, il explique que les nouveaux éléments accréditent le scénario initial. «Les éléments étaient connus et fortement suspectés, ils sont maintenant incarnés par des témoignages. Ça devient documenté, le mensonge est une culture d'entreprise chez Servier», a-t-il ajouté.
11h37: Pour tout comprendre sur les liens parfois troubles entre les laboratoires et les experts de l'Afssaps, qui autorise la mise en circulation des médicaments, c'est par ici
11h30: Vous avez pris du Mediator? Vous êtes inquiets pour votre santé? On vous explique tout ce qu'il faut savoir sur les conséquences de cette prise du médicament par ici
11h20: Servier bientôt mis en examen?
C'est ce qu'annonce encore sur Europe 1 Me Hervé Témine, l'avocat du laboratoire. «Les laboratoires Servier vont être convoqués par les juges. Les laboratoires Servier vont peut-être, sans doute être mis en examen. (…) A cette occasion, le cours normal des choses va peut-être pouvoir exister. Parce qu’enfin, il faut peut-être que les laboratoires Servier soient mis en examen pour qu’ils soient présumés innocents.»
11h00: L'avocat du laboratoire Servier, Me Témine, dément toute falsification
«Les laboratoires Servier n’ont pas trompé les autorités en masquant le fait que le Mediator est un coupe-faim, ce qu’il n’était pas», a asséné Me Hervé Témime, avocat de la société. «Servier n’est absolument pas dans le déni. Servier ne conteste pas les travaux qui ont été fait dans les années 1960 et la fin des années 1960 sur cette molécule. Servier considère simplement qu’il n’y a pas eu de tromperie, il n’y a pas eu d’escroquerie, il n’y a pas eu d’obtention indue d’autorisation de mise sur le marché. C’est tout.»