Le coup de blues de la quarantaine

©2006 20 minutes

— 

Quelque 7,8 % de Français déclarent avoir, au cours des douze derniers mois, souffert d'un épisode dépressif, révèle le Baromètre santé 2005, une vaste enquête réalisée par téléphone auprès de plus de 30 000 personnes*. Il s'agit le plus souvent d'une dépression chronique, ou récidivante. Si les épisodes dépressifs épargnent plutôt les plus de 55 ans, les femmes sont deux fois plus touchées que les hommes quelle que soit la tranche d'âge. Les plus exposés sont les 35-44 ans.

Plus inquiétant : parmi les sujets dépressifs interrogés, seuls 38,3 % ont consulté leur médecin généraliste – le professionnel le plus sollicité – ou leur psychiatre. Des antidépresseurs ont été prescrits dans près de 60 % des cas et une psychothérapie dans 28 %. Cette prise en charge a été bénéfique pour 62 % des personnes interrogées et a guéri 18,4 % d'entre elles. Ces chiffres confirment la consommation importante des psychotropes en France et justifient la nécessité d'être pris en charge lorsqu'on est dépressif. Car la dépression demeure la cause majeure du suicide. Rappelons qu'on parle d'épisode dépressif lorsque s'installent une tristesse quotidienne, une souffrance morale et une perte de motivation pendant au moins quinze jours. S'y ajoutent une fatigue, une prise ou une perte de poids, des troubles du sommeil, des difficultés à se concentrer, des idées noires et un désintérêt pour son travail ou ses passions.

Dr Jean-Marie Daniel

* Panorama du médecin du 10-10-05

Pour en savoir plus :

http://www.inpes.sante.fr

Dans la psychose maniaco-dépressive, ou maladie bipolaire, l'état dépressif alterne avec des crises d'excitation appelées épisodes maniaques. Elle se manifeste entre 30 et 40 ans. 500 000 Français en souffrent.