Des graines  de soja vert, également appelé haricot mungo, souvent consommées comme graines germées.
Des graines de soja vert, également appelé haricot mungo, souvent consommées comme graines germées. — DURAND FLORENCE/SIPA

SANTE

Bactérie E.coli: L'Egypte dément la responsabilité des graines exportées

Le fenugrec égyptien mis hors de cause par le ministre de l'Agriculture Ali Souleimane...

Le ministère égyptien de l'Agriculture a écarté ce vendredi la responsablité de graines de fenugrec exportées d'Egypte vers l'Europe dans l'intoxication à la bactérie E.coli qui a fait 50 morts dont 48 en Allemagne.  Les informations de l'agence européenne de sécurité alimentaire EFSA selon lesquelles des graines de fenugrec importées d'Egypte par la France et l'Allemagne en 2009 et 2010 auraient joué un rôle dans l'intoxiction «sont totalement fausses», a indiqué Ali Souleimane un haut responsable du ministère.

«La présence de cette bactérie en Egypte n'a pas du tout été prouvée, et n'a pas été enregistrée», a-t-il indiqué à l'agence officielle Mena. Selon lui, la société égyptienne qui a exporté les graines en 2009 a souligné dans une lettre qu'elle avait exporté le fenugrec en Hollande et non en Allemagne.

Des graines de fenugrec en provenance d'Egypte pointées du doigt

Mercredi, l'agence européenne desécurité alimentaire EFSA avait indiqué que des graines de fenugrec importées d'Egypte en France et en Allemagne en 2009 et 2010 ont joué un rôle dans l'intoxication. Dans une «évaluation rapide des risques» conduite avec le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC), à la suite des récents cas signalés à Bordeaux (sud-ouest de la France), l'agence européenne basée à Parme (Italie) évoque clairement cette piste égyptienne.

«L'enquête de traçabilité (de l'intoxication) progresse et a montré jusqu'alors que des graines de fenugrec importées d'Egypte en 2009 et/ou en 2010 sont impliquées dans les deux déclenchements» des intoxications en Allemagne et en France, a indiqué cette évaluation conjointe des deux organismes européens.

Selon l'OMS, 4.050 cas d'infections ont été confirmés dans 16 pays (14 pays européens, le Canada et les Etats-Unis), dont plus de 3.900 rien qu'en Allemagne. Le nombre de nouveaux cas recensés baisse régulièrement depuis le pic de la maladie le 30 mai, ont souligné les autorités sanitaires allemandes.