Cancer: Le week-end de tous les espoirs

SANTÉ es annonces de résultats encourageants se sont multipliées au congrès de cancérologie de Chicago...

Julien Ménielle

— 

Une radio effectuée dans le cadre d'une mammographie pour dépister le cancer du sein.
Une radio effectuée dans le cadre d'une mammographie pour dépister le cancer du sein. — GUSTAFSSON/LEHTIKUVA OY/SIPA

Un médicament qui diminue de 65% le risque de cancer du sein. La fine fleur de la cancérologie mondiale, réunie ce week-end pour la conférence annuelle de l'American Society of Clinical Oncology (ASCO) à Chicago a annoncé les résultats d’une étude clinique prometteuse pour les femmes ménopausées.

Moins de tumeurs, ou des plus petites

L’Aromasine inhibe la production des oestrogènes, substances hormonales impliquées dans la croissance de plus de 70% des tumeurs du sein. Et les essais cliniques, menés entre 2004 et 2010 chez 4.560 femmes ménopausées ont permis de déterminer que le risque initial de développer un cancer diminuait de 65% chez celles qui avaient reçu ce médicament.

Chez les patientes ayant malgré tout développé des tumeurs sous traitement, celles-ci étaient de plus petites tailles et moins agressives, selon les médecins qui ont mené l’étude. Au cours de cette conférence annuelle, d’autres bonnes nouvelles ont été annoncées dans le domaine de la lutte contre le cancer.

Vaccin thérapeutique et cocktail de chimiothérapies

Ainsi un vaccin thérapeutique (stimulant le système immunitaire pour lutter contre une maladie déjà installée) mis au point à partir de cellules immunitaires congelées permet d’allonger de plus de 10 mois l’espérance de vie des patients atteints de cancer de la prostate. Un autre traitement, le Tarceva, double la durée de vie des patients atteints d’un cancer du poumon, selon les premiers résultats d’une autre étude.

Chez les enfants, les chercheurs ont également annoncé qu’un «cocktail» de chimiothérapies augmente les chances de guérison et de survie des patients atteints de neuroblastome, tumeur touchant le système nerveux, et cancer le plus fréquent avant l’âge d’un an.