Le cancer du colon, sournois mais dépistable

— 

Selon un bilan publié par l’Institut de seille sanitaire, le dépistage du cancer colorectal mis en place depuis
2002 dans 22départements pilotes s’avère prometteur à mi-parcours, même si la participation paraît encore
insuffisante. Un cancer redoutable puisqu’on dénombre
17000 décès par an en France (contre 7 000 en 1970) et 38000 nouveaux cas annuels, d’où l’intérêt d’un dépistage précoce qui permettrait de baisser la mortalité totale de 15 à 20 %. Ce dépistage consiste en un test
de détection du sang dans les selles, par des bandelettes réactives, pratiqué tous les deux ans entre 50 et 74ans. Si le test est positif,une colonoscopie est réalisée pour rechercher l’origine exacte du saignement.

1. Comment se manifeste le cancer colorectal ?

Très longtemps silencieux, le cancer colorectal peut se manifester par des hémorragies par l’anus, visibles ou non à l’oeil nu, des douleurs abdominales, des diarrhées alternant avec des constipations et parfois par une masse abdominale repérable à la palpation. Il peut
également se révéler par une occlusion intestinale
ou s’accompagner d’une fièvre, d’une anémie et d’une
altération de l’état général.

2. Quels sont les sujets à risque?

Les fumeurs, ainsi que ceux qui ont des antécédents
familiaux de cancer du colon, de maladies intestinales
inflammatoires chroniques ou de polypes. Présents chez 7%des 45-49 ans et 19 % des 65-70 ans, les polypes
sont des tumeurs bénignes qui peuvent dégénérer
en véritables cancers.

3 Quelle prévention ?

Il faut adopter une alimentation riche en fibres et pauvre en viande rouge ainsi qu’en alcool (moins de
trois verres par jour).