Dépister l’obésité dès le premier âge

© 20 minutes

— 

« Parce qu’au début, ça ne se voit pas » est le slogan de la deuxième Journée nationale de dépistage de l’obésité infantile. Elle se déroulera samedi dans plus de quatre-vingt villes de France. Cette journée est destinée à repérer les enfants exposés, mais aussi à alerter et à informer les parents, par le biais de consultations gratuites proposées par les pédiatres libéraux associés à l’événement. Ce fléau menace en effet la France, en passe de rejoindre les Etats-Unis dans les quinze années à venir si rien n’est fait. Car l’obésité n’est pas une fatalité. La prévention, le dépistage et la prise en charge précoce permettraient de lutter efficacement contre cette maladie, qui concerne plus d’un enfant sur six en France. Chaque année dans notre pays, 55 000 adultes meurent des pathologies liées à leur obésité (insuffisance cardiaque ou coronaire, accidents vasculaires cérébraux, cancers, diabète, hypertension artérielle...). Cette surcharge pondérale est contractée bien souvent dès l’enfance, notamment entre 7 et 12 ans. L’obésité a une origine multifactorielle où intervient l’hérédité, mais aussi la faible dépense calorique (sédentarité) et une alimentation excessive ou déséquilibrée. La diversification tardive de l’alimentation (protéique notamment) chez le nourrisson, l’éducation alimentaire chez l’enfant et l’adolescent (limitation de la consommation de sucres et de graisses, structuration des repas) ainsi que la promotion de l’activité physique quotidienne demeurent les grands axes de la lutte contre l’obésité infantile.

grossesse Le risque d’obésité infantile commence parfois avant la naissance. Chez la mère, en effet, une prise de poids excessive pendant la grossesse va favoriser l’apparition d’un trouble du métabolisme des sucres chez l’enfant.