Le diabète de type 1 de l'enfant fortement associé à un virus

© 2011 AFP
— 

Les enfants atteints de diabètes de type 1, la forme la moins répandue de la maladie, seraient quasiment dix fois plus souvent infectés par un virus responsable de rhume banal, d'après une étude publiée vendredi par le British Medical Journal (BMJ).

Le diabète de type 1, en augmentation dans le monde particulièrement chez les enfants de moins de cinq ans, est considéré comme résultant d'un mélange de prédispositions génétiques et d'autres facteurs non héréditaires.

Le taux de survenue de ce diabète chez les moins de 5 ans double tous les 15 ans, selon les spécialistes.

Le rôle des entérovirus comme potentiel facteur déclenchant de la survenue de cette forme de diabète chez l'enfant a déjà été pointé, notamment en 2009 par une équipe britannique de l'université de Brighton.

Les auteurs australiens de cette nouvelle étude publiée par le BMJ ont, pour leur part, passé systématiquement en revue 26 études incluant quelque 4.448 participants et comportant des tests recherchant des traces génétiques (ARN et protéines) de ces virus dans des prélèvements sanguins et de matières fécales.

L'analyse a porté sur des patients diabétiques, pré-diabétiques et non atteints.

Les chercheurs ont trouvé une "forte association entre l'infection par entérovirus et le diabète de type 1" chez les enfants.

Les enfants atteints de cette forme de diabète avaient pratiquement dix fois plus de probabilités d'avoir une infection à entérovirus que les autres enfants.

Toutefois cette recherche ne permet pas de prouver un lien de cause à effet.

Le diabète touche plus de 300 millions de personnes dans le monde. La forme la plus répandue, le diabète de type 2 (90 à 95% des cas), frappe majoritairement des adultes et est favorisée par le mode de vie (manque d'exercice, alimentation déséquilibrée...), le vieillissement et l'épidémie de surpoids et d'obésité.