Les femmes n'ayant pas d'enfant bientôt autorisées à faire des dons d'ovocytes

LOI Actuellement, il faut être âgée de moins de 36 ans et avoir déjà eu un enfant...

© 2011 AFP

— 

La commission spéciale sur la bioéthique pourrait proposer que le don d'ovocytes ne soit plus réservé aux femmes qui ont déjà eu un enfant, comme c'est le cas actuellement, a déclaré lundi son rapporteur, le député UMP Jean Leonetti. Pour favoriser l'assistance médicale à la procréation avec dons d'ovules, la commission prévoit de supprimer l'une des conditions actuellement imposées à ce type de dons: celle d'avoir déjà eu au moins un enfant.

Une telle disposition, si elle était adoptée cette semaine en commission et, en séance à l'Assemblée, lors de la discussion du projet de loi sur la révision des lois de bioéthique à partir du 8 février, serait une solution à la pénurie d'ovules. En effet, selon l'Agence de biomédecine, 2.000 femmes stériles auraient besoin, chaque année, en France de dons d'ovocytes, mais seulement 500 seraient disponibles annuellement.

Etre âgée de moins de 36 ans et avoir déjà eu un enfant

La loi de bioéthique de 1994 fixe les principes généraux du don d'ovocytes. Comme pour le don de gamètes, le don doit être volontaire, anonyme et gratuit. La donneuse doit être âgée de moins de 36 ans et avoir eu déjà au moins un enfant. Selon Jean Leonetti, cette dernière condition fait que la plupart des ovocytes sont donnés par des femmes de plus de 30 ans dont les cellules reproductrices seraient de moins bonne qualité.

Le député UMP souhaite aussi que l'on garantisse aux femmes donneuses la conservation par vitrification de leurs propres ovocytes afin de remédier à d'éventuels problèmes de fertilité ultérieurs.