Santé

Dissimulation fiscale dans des pharmacies: plainte des services fiscaux à Niort

Le parquet de Niort a indiqué avoir reçu lundi matin une plainte ...

Le parquet de Niort a indiqué avoir reçu lundi matin une plainte émanant de la Direction générale des finances publiques (DGFIP) concernant le système informatique de dissimulation de recettes fiscales qui pourrait avoir été utilisé par 4.000 pharmacies en France.

La plainte, datée du 7 décembre, vise la société Alliadis, basée à Bessines (Deux-Sèvres) dans l'agglomération de Niort, et son dirigeant, a indiqué à l'AFP le procureur de Niort, Jacques Bouzigues.

Cette société fabrique un logiciel de comptabilité "permettant de minorer automatiquement les recettes à des fins de dissimulation fiscale", selon le procureur de Nîmes, Robert Gelli, qui a divulgué l'affaire vendredi après une enquête sur des fraudes dans une pharmacie du Gard.

Une décision sera prise "dans quelques jours" concernant cette plainte des services fiscaux pour "atteinte au système de traitement automatisé des données", a ajouté le procureur de Niort, ajoutant qu'il allait faire le point avec le parquet de Nîmes des investigations entreprises sur ce dossier dans le Gard. Il a précisé que la plainte ne faisait pas état du nombre de pharmacies qui pourraient être concernées.

Selon le procureur de Nîmes, "4.000 pharmacies auraient demandé l'accès à cette formule particulière", à savoir le logiciel accompagné du code d'accès.

L'Ordre national des pharmaciens a indiqué qu'une pharmacienne avait été condamnée pour fraude en décembre 2009 à six ans d'interdiction d'exercice, dont deux avec sursis. A la suite de cette affaire, une série de perquisitions fiscales ont été conduites ces derniers mois chez des pharmaciens équipés du même logiciel que la pharmacienne inculpée.