Cancers de la bouche: le dentiste peut sauver des vies

© 2010 AFP

— 

Les cancers de la bouche tuent davantage que les mélanomes ou les cancers du col de l'utérus, alors qu'ils peuvent être dépistés facilement par un examen visuel, ont souligné mercredi des chirurgiens dentistes réunis en congrès à Paris.

Entre 7.000 et 7.500 cancers de la cavité buccale sont diagnostiqués chaque année, causant plus de 1.800 décès, a indiqué à la presse Ahmed Feki (université de Strasbourg), à l'occasion du congrès de l'Association dentaire française (ADF).

Le taux de survie à 5 ans est proche de 40%, "inchangé depuis une trentaine d'années", a-t-il déploré.

"C'est un constat affligeant car les facteurs de risque sont connus et ces cancers sont précédés par des lésions pré-cancéreuses", a-t-il ajouté. Pourtant 70% sont découverts à un stade avancé.

"Le dentiste peut sauver des vies", a martelé le Pr Feki, expliquant que le dépistage des cancers de la cavité buccale n'a rien de sophistiqué. "Il suffit de faire ouvrir la bouche", a-t-il dit.

Pour le Pr Feki, la peur de la confirmation du diagnostic, assortie d'un sentiment de culpabilité, est l'une des raisons qui poussent les patients à retarder leur visite chez le dentiste.

Ces cancers touchent "surtout des patients qui ne viennent pas dans les cabinets dentaires", a pour sa part affirmé Patrick Hescot, secrétaire général de l'ADF. Des actions de dépistage ont d'ailleurs été lancées dans les centres d'addictologie.

Le tabac --fumé ou chiqué-- et l'alcool sont les deux facteurs de risque majeurs, leurs effets associés se potentialisant.