Le cholestérol en trois questions

© 20 minutes
— 

Demain a lieu la 6e Journée nationale gratuite de dépistage du cholestérol. Les jeunes de 16 à 30 ans sont invités à se présenter à jeun dans un laboratoire. L’an dernier, près de la moitié des participants s’est découvert une anomalie du cholestérol. En 2004, un tiers des jeunes dépistés avaient au moins deux facteurs de risque, comme du surpoids (un jeune sur cinq), le tabagisme (35 %) ou un antécédent familial de maladie cardio-vasculaire (25 %), l’hypertension artérielle n’ayant pas été prise en compte.  1. Quelle différence  y a-t-il entre le bon et  le mauvais cholestérol ? Il existe deux types  de cholestérol, le bon, ou HDL, qui protège les artères et le mauvais, ou LDL, qui les encrasse. L’excès de mauvais cholestérol, et/ou l’insuffisance de bon cholestérol sont néfastes et favorisent le développement d’une plaque d’athérome. Une sorte de bouchon qui va obstruer les artères cérébrales et les coronaires et risque à terme de provoquer un accident vasculaire cérébral ou un infarctus.  2. Quels aliments faut-il éviter et privilégier  en cas d’hypercholestérolémie ? Il faut notamment  éviter tous les aliments riches en graisses saturées d’origine animale comme la viande rouge, les abats, la charcuterie, le beurre, le fromage, les oeufs...) et leur préférer les légumes, le poisson et les huiles végétales.  3. Faut-il pratiquer  une activité physique ? Oui. A raison de trois séances par semaine d’au moins trente minutes, l’activité physique qui va agir sur d’autres facteurs de risque, améliore l’état cardio-vasculaire en permettant notamment d’élever le bon cholestérol et de diminuer le mauvais.