Un anti-cholestérol expérimental prometteur, selon une étude clinique

© 2010 AFP

— 

Un médicament expérimental, l'anacetrapib, du laboratoire américain Merck, s'est montré prometteur pour réduire le mauvais cholestérol et doper le bon, selon les résultats d'un essai clinique publié dans la revue médicale New England Journal of Medicine.
Un médicament expérimental, l'anacetrapib, du laboratoire américain Merck, s'est montré prometteur pour réduire le mauvais cholestérol et doper le bon, selon les résultats d'un essai clinique publié dans la revue médicale New England Journal of Medicine. — Pascal Pavani AFP/Archives

Un médicament expérimental, l'anacetrapib, du laboratoire américain Merck, s'est montré prometteur pour réduire le mauvais cholestérol et doper le bon, selon les résultats d'un essai clinique publié dans la revue médicale New England Journal of Medicine.

Cet essai mené avec 1.623 personnes souffrant de maladies coronariennes et déjà traitées avec des statines, des anticholestérols comme le Lipitor, indique que l'anacetrapib a entraîné après 24 semaines, une réduction de 40% du mauvais cholestérol (de 81 à 45 milligrammes/décilitre) contre 6% (82 à 77 mg/dl) chez ceux soumis à un placebo.

L'anacetrapib a aussi dopé de 138% le bon cholestérol de ces malades (de 41 à 101 mg/dl) comparativement à 15% (40 à 46 mg/dl) dans le groupe témoin.

"Ces résultats sont prometteurs et nous ont conduit à décider de poursuivre le développement de ce médicament", a indiqué dans un communiqué, le Dr Michael Mendelsohn, responsable de la division cardiovasculaire de Merck.

Le laboratoire va ainsi mener un vaste essai clinique avec 30.000 patients durant plusieurs années pour confirmer ces résultats sur une population plus large et voir si l'anacetrapib permet de réduire les attaques cardiaques, cérébrales et la mortalité résultant de maladies cardiovasculaires.

Durant les 76 semaines de l'essai clinique dévoilé mercredi, il y a eu 16 décès (2%) par infarctus ou attaque cérébrale chez les patients traités avec l'anacetrapib comparativement à 21 (2,6%) dans le groupe témoin qui a pris un placebo, précise Merck.