Mediator: «plusieurs dizaines de milliers de patients» sont concernés

SANTE C'est l'Afssaps qui le dit...

© 2010 AFP

— 

Jean Marimbert, directeur général de l'Afssaps.
Jean Marimbert, directeur général de l'Afssaps. — WITT/SIPA

Les personnes qui ont pris pendant plus de trois mois le Mediator, un médicament pour diabétiques également utilisé comme coupe-faim et qui aurait fait environ 500 morts en 30 ans, doivent consulter leur médecin, a recommandé mardi l'Agence des produits de santé (Afssaps).

«Il y aura un envoi de lettres par la Caisse nationale d'assurance maladie (Cnam) à tous les patients ayant plus de trois mois de traitement», a déclaré Jean Marimbert, directeur général de l'Afssaps, au cours d'un point de presse. «On leur recommandera d'aller voir leur médecin traitant, et si le médecin repère qu'ils ont un souffle cardiaque, il les enverra vers une consultation de cardiologie», a-t-il ajouté. Jean Marimbert a estimé que «plusieurs dizaines de milliers de patients» étaient concernés.

«Au moins trois mois depuis janvier 2006»

«C'est particulièrement important si la personne a pris le Mediator pendant au moins trois mois depuis janvier 2006», a-t-il ajouté, soulignant que les risques de valvulopathie (dysfonctionnement des valves cardiaques) imputables au Mediator étaient plus importants «dans les deux premières années du traitement et dans les deux années qui suivent l'arrêt du traitement».

«On ne touchera pas tout le monde» avec l'envoi des courriers, a-t-il cependant mis en garde, rappelant que les bases de données nominatives des caisses primaires d'assurance maladie ne sont pas conservées au delà de 24 mois. Commercialisé en France par le laboratoire Servier de 1975 jusqu'en novembre 2009, date où il a été interdit, le Mediator (benfluorex) aurait fait environ 500 morts en un peu plus de 30 ans, selon une estimation de la Cnam.