Quand l'AVC attaque aussi les femmes

NEUROLOGIE Une journée est consacrée à cette pathologie qui ne touche pas que les hommes...

Ingrid Gallou

— 

Jacqueline Lambert a été victime d'un accident vasculaire cérébral à 66 ans.
Jacqueline Lambert a été victime d'un accident vasculaire cérébral à 66 ans. — A. GELEBART / 20 MINUTES

«Insidieux, sournois, inattendu». Quelques jours après avoir été victime d'un accident vasculaire cérébral, c'est ainsi que Jacqueline Lambert décrit son AVC. Traditionnellement associée au sexe fort, cette pathologie se conjugue également au féminin.

Elle toucherait même autant les hommes que les femmes, avec une surmortalité très nette chez ces dernières, réputées plus dures au mal. «Elles s'écoutent moins que les hommes, et mettent plus de temps à consulter», observe le Pr Mathieu Zuber, chef du service de neurologie à l'hôpital Paris Saint-Joseph.

Conséquence, l'AVC est devenu la deuxième cause de mort chez les femmes après le cancer. De quoi justifier qu'une journée lui soit dédiée. Ce sera vendredi 29 octobre.

Le danger du tabac

Chez les femmes, l'association de plusieurs facteurs mineurs peut aboutir à un cocktail explosif. Celle de l'hypertension artérielle, du tabac et du cholestérol multiplie ainsi jusqu'à cinq fois le risque d'accident vasculaire cérébral. Tout comme le trio migraine, tabac et contraception orale.

Jacqueline Lambert, l'une des patientes du Pr Zuber, venait juste de se sevrer du tabac lorsqu'elle a subi un AVC. «J'étais à l'hôpital quand c'est arrivé. C'est ce qui m'a sauvée. Sans ça, je ne serais pas ici pour vous en parler.»

Alertées par des «grimaces»

A l'instant critique, cette artiste de 66 ans n'a pourtant rien senti. Ce sont ses amies qui se sont inquiétées des «grimaces» qui lui mangeaient la moitié du visage. Une fois le caillot localisé grâce à une IRM, Jacqueline a pris conscience de son état: un bras et une jambe paralysés et des difficultés pour s'exprimer.

C'est une thrombolyse injectée moins d'une heure et demie après les premiers signes qui l'a sauvée et lui a épargné toute séquelle. «J'ai eu une chance folle», avoue celle qui se considère comme une «miraculée». Les conséquences d'un AVC sont bien souvent très lourdes, pouvant aller de la perte de parole à la paralysie d'un côté du corps et du visage.

L'abc de l'avc

Quelques signes pour repérer l'accident. Faiblesse, engourdissement ou picotements soudains au visage, à un bras ou à une jambe; perte soudaine de la vision d'un œil ou vision double; perte soudaine et temporaire de la parole ou difficultéde compréhension de la parole; perte soudaine de l'équilibre; mal de tête soudain et intense; perte soudaine des habilités mentales; nausées, perte de connaissance.