La méditation chinoise permet d'améliorer le fonctionnement du cerveau

SCIENCE C'est une étude américaine qui l'affirme...

AFP
— 
Un Chinois de religion taoïste pratique la méditation à Qingyanggong, dans le Sichuan, le 10 décembre 2005.
Un Chinois de religion taoïste pratique la méditation à Qingyanggong, dans le Sichuan, le 10 décembre 2005. — LIU JIN

Zen, restons zen... Selon une étude publiée lundi aux Etats-Unis, onze heures de pratique d'une technique de méditation fondée sur la médecine traditionnelle chinoise permettent d'améliorer le fonctionnement du cerveau.

La technique, appelée «gymnastique intégrée du corps et de l'esprit» (IBMT en anglais) améliore la connectivité cérébrale, la transmission des impulsions dans le réseau nerveux, en dopant le fonctionnement d'une zone du cerveau qui aide une personne à ajuster son comportement en fonction de ce qu'elle souhaite réaliser, expliquent les auteurs de l'étude parue dans les Annales de l'académie américaine des sciences (PNAS).

Un effet sur les émotions

Les chercheurs ont utilisé des techniques d'imagerie par résonance magnétique permettant d'observer les fibres reliant les différentes zones du cerveau avant et après un entraînement à la technique de méditation. Ces observations ont montré des changements dans la connectivité cérébrale après six heures de pratique d'IBMT, dont les effets deviennent nets après douze heures d'exercice, indiquent les chercheurs.

Les changements ont été les plus évidents dans une zone cérébrale appelée circonvolution cingulaire antérieure, qui régule les émotions et le comportement. Selon les auteurs des travaux, il est possible que ces changements aient résulté d'une réorganisation des fibres nerveuses formant la matière blanche du cerveau, ou d'un accroissement de la myéline, une gaine protectrice entourant les fibres. La matière grise du cerveau se distingue de la matière blanche par le fait qu'elle contient les neurones, les cellules nerveuses.

Dans leurs conclusions, les deux auteurs de l'étude écrivent que leurs expériences montrent que l'IBMT pourrait être utilisée pour faire avancer la compréhension de l'effet des exercices de méditation sur la capacité d'adaptation du cerveau.