Lévothyrox : L’ancienne formule sera encore distribuée en France en 2023

Probatoire Au cœur d’une affaire judiciaire sur la nouvelle formule de son médicament, le laboratoire Merck prolonge de manière temporaire la distribution de son ancienne formule jusqu’à fin 2023

20 Minutes avec AFP
— 
Le Levothyrox fait partie de la famille des hormones thyroïdiennes.
Le Levothyrox fait partie de la famille des hormones thyroïdiennes. — SOPA Images/SIPA

Malgré le lourd dossier sur la nouvelle molécule de Levothyrox, dans lequel l’Agence de sécurité du médicament a été mise en examen, la distribution de l’ancienne formule du médicament se poursuivra en France en 2023. Mercredi la direction générale de la Santé (DGS) a confirmé « que le laboratoire Merck garantit l’approvisionnement du marché français en spécialité Euthyrox pour l’année 2023 ».

« Les importations continueront à provenir de la production destinée au marché russe et correspondront toujours à la formule d’Euthyrox, strictement identique à l’ancienne formule de la spécialité Levothyrox distribuée en France jusqu’en 2017 », précise la DGS.

Un soulagement pour les malades

Des associations de patients, comme l’Association française des malades de la thyroïde (AFMT) ou Alerte Thyroïde, se sont félicitées ces derniers jours d’avoir « obtenu » cette prolongation, la première soulignant « un grand soulagement pour les 90.000 patients concernés » par l’ancienne formule du médicament, conçue pour les problèmes de thyroïde. La distribution de l’ancienne formule, qui devait s’arrêter en 2020, a été prolongée plusieurs fois, sur fond de bataille judiciaire autour de la nouvelle formule.




« Depuis plusieurs années, Merck a répondu positivement à la demande de l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) en important de manière temporaire et transitoire en France de l’Euthyrox, strictement identique à l’ancienne formule du Levothyrox mais destiné à d’autres marchés », a souligné le laboratoire de son côté.

« Nous avons accepté, il y a quelque temps déjà, de prolonger à nouveau ces importations, toujours de manière temporaire, jusqu’à fin 2023 », conclut l’entreprise pharmaceutique Merck.