Pénurie de Doliprane pour enfants : « Il existe plein d’alternatives », explique une pédiatre

INTERVIEW Le Covid-19, les rhumes et la grippe sont bien là, mais le fameux « Doliprane 2,4 % » est parfois introuvable en pharmacie. La docteure Perrine Ang nous donne ses conseils

Propos recueillis par Lise Abou Mansour
— 
Le « Doliprane 2,4 % » est donné en pipette aux petits contre les douleurs et la fièvre.
Le « Doliprane 2,4 % » est donné en pipette aux petits contre les douleurs et la fièvre. — Jean Bouclier / 20 Minutes
  • Depuis plusieurs semaines, de nombreux parents constatent une pénurie de Doliprane pour enfants dans les pharmacies.
  • Une pénurie qui « n’est pas ingérable du tout », selon Perrine Ang, pédiatre à Paris, qui rappelle que « le Doliprane ne doit pas être une prescription systématique ».
  • Dafalgan ou Eferalgan en sirop ou en stick, Doliprane en sachets ou en suppositoires, voire Advil dans certains cas : les alternatives sont nombreuses.

Si vous êtes parent, vous l’avez peut-être constaté. Depuis quelques semaines, il est difficile de se procurer la précieuse boîte rose pâle de Doliprane pour enfants. Ce « Doliprane 2,4 % », donné en pipette aux petits en cas de fièvre ou de douleur, se fait de plus en plus rare sur les étals des pharmacies. Des difficultés d’approvisionnement expliquent cette pénurie de paracétamol, dont la molécule n’est, pour le moment, pas produite en France.

Or avec les températures en chute libre, les rhumes et grippes font leur grand retour et les besoins en paracétamol se font plus importants. Et la hausse du taux de contamination au Covid-19 en cette fin d’année n’arrange rien à la situation. Mais pas de panique. Des alternatives au Doliprane existent pour les enfants, comme l’explique à 20 Minutes Perrine Ang, pédiatre à Paris, selon qui « la pénurie n’est pas ingérable du tout. »

Que conseillez-vous aux parents qui ont besoin de Doliprane pour leurs enfants malades, mais n’en trouvent pas en pharmacie ?

Il existe plein d’alternatives. D’abord, il y a les génériques, comme le Dafalgan ou l’Efferalgan, qui peuvent se prendre en sirop ou en stick. Ce sont des formes pédiatriques très pratiques. Les Doliprane en stick sont en rupture, mais on en trouve sous d’autres formes. Les enfants de plus de 12 kg peuvent les prendre en sachets. Souvent, les parents ne les aiment pas parce qu’il faut les diluer et qu’ils ont un petit goût pas très bon, mais c’est du Doliprane dans tout ce qu’il y a de plus standard. Il existe aussi sous forme de suppositoires pour les petits. C’est moins pratique, mais tout aussi efficace.

Doit-on systématiquement donner du Doliprane aux enfants qui ont de la fièvre ?

Le Doliprane ne doit pas être une prescription systématique. A chaque prise, les parents doivent se demander « est-ce qu’il en a vraiment besoin ? » Les recommandations sont claires. Pour un enfant qui a 38,2 °C de température, une fièvre très bien tolérée et pas beaucoup d’autres symptômes, on n’est pas forcément obligé de lui donner du paracétamol. Dans ce cas, il faut simplement attendre que ça passe.

Mais dès que la fièvre est moins bien tolérée, qu’elle monte vite et très haut et qu’il y a des symptômes associés désagréables comme des courbatures, des maux de tête, là, oui, le paracétamol s’impose. C’est le cas pour la grippe qui circule en ce moment.



Ces alternatives peuvent-elles être choisies sans l’avis du médecin, en se rendant directement en pharmacie ?

Oui, sauf pour l’ibuprofène [comme l’Advil], qui ne remplace pas le paracétamol. Comme il fait très bien baisser la fièvre, les parents ont parfois envie d’y avoir recours, surtout en ce moment où il y a de nombreux enfants qui ont des grippes avec plus de 40 °C de fièvre. Mais le problème, c’est que l’ibuprofène provoque d’autres effets à surveiller. Il peut favoriser la prolifération de certains germes et avoir des effets secondaires sur les reins en cas de déshydratation, comme lors d’une gastro. Donc l’ibuprofène est à manier avec précaution. Et toujours sous prescription médicale. Pour le reste, il y a plein de choses qui peuvent se faire avec l’avis du pharmacien et un peu de bon sens.

Est-il possible de prendre des Doliprane pour adultes et d’en diminuer la dose pour les donner aux enfants ?

Je ne conseille surtout pas aux parents de faire ça. Déjà, lorsque l’on met dans la bouche du bébé un petit morceau de comprimé et que celui-ci n’est pas suffisamment dilué, le nourrisson risque de s’étouffer. Ensuite, c’est source d’erreurs, et parfois de grosses erreurs. Il n’y a pas de problème pour les grands préadolescents, à la limite de pouvoir prendre du 500. Mais pour les petits, il faut vraiment éviter les bidouillages du type « je coupe mon Doliprane en deux puis encore en deux. »

Il ne faut pas non plus s’arranger dans les posologies en mélangeant un peu d’un sachet et un peu de suppositoires. Il y a un risque de surdosage si les consignes n’ont pas été comprises ou que la dose n’a pas été respectée. Et le surdosage de Doliprane peut être redoutable.