Fast-food : Une étude épingle les menus pour enfants et leur qualité nutritionnelle

ALIMENTATION Les menus enfants des fast-foods couvriraient en moyenne à eux seuls 54 % des besoins journaliers des enfants

20 Minutes avec agence
— 
Un repas dans un fast-food apporte à un enfant la quasi-totalité de ses apports nutritionnels journaliers (et une bonne dose de gras et de sucre). (Illustration)
Un repas dans un fast-food apporte à un enfant la quasi-totalité de ses apports nutritionnels journaliers (et une bonne dose de gras et de sucre). (Illustration) — Pexels/Pixabay

Une étude publiée ce lundi par l’Association nationale de défense des consommateurs et usagers (CLCV) alerte sur la qualité nutritionnelle des menus destinés aux enfants dans les fast-foods, rapporte BFMTV. La plupart de ces menus seraient trop caloriques, trop gras, trop salés et trop sucrés.

Un constat inquiétant, sachant qu’un enfant sur deux mange dans un fast-food au moins une fois par mois selon l’Anses et que le taux d’obésité infantile a quasiment doublé entre 2012 et 2020. Pour la CLCV, il est donc « primordial » d’améliorer la qualité nutritionnelle de ces menus destinés aux plus petits.




Des apports trop importants à chaque repas

Cela passe entre autres par une meilleure information des consommateurs. Ces dernières années, certaines enseignes ont tenté d’améliorer l’accès aux informations nutritionnelles de leurs produits et ont cherché à proposer des alternatives plus saines dans leurs menus, avec des boissons moins sucrées, des portions de fruits ou de légumes, ou encore des yaourts à boire.

Mais ces menus plus légers sont généralement boudés par les plus jeunes au profit des menus plus caloriques avec frites et soda. Ces formules couvrent à elles seules 54 % des besoins journaliers des enfants (59 % pour les adolescents). « C’est l’équivalent de 80 % des besoins sur une journée entière, et on a déjà atteint les maximums en matière de sucre, de matières grasses et de sel », résume Lisa Faulet, responsable scientifique et alimentation chez CLCV.



L’association invite donc les enseignes à revoir leurs menus et encourage les parents à se renseigner sur les apports nutritionnels. Selon Lisa Faulet, une alternative plus saine serait de prendre une salade en accompagnement, avec une compote ou un yaourt à boire en dessert. Le jus de fruit, source de sucres naturels, serait quant à lui à privilégier aux sodas.