Hérault : Malgré la mobilisation, la maternité de Ganges ferme ses portes

Désert médical L’ARS et le groupe Cap Santé ont officialisé la suspension de l’ouverture de la maternité en attendant l’hypothétique recrutement de gynécologues obstétriciens

Jérôme Diesnis
Illustration d'une femme enceinte.
Illustration d'une femme enceinte. — M.LIBERT / 20 MINUTES

L’Agence régionale de la santé et le groupe privé Cap Santé ont annoncé la fermeture provisoire, à compter du 19 décembre, de la maternité de Ganges. Cette commune rurale de l’Hérault est située aux portes des Cévennes. Depuis des semaines, la population s’était mobilisée pour éviter cette issue.

Une pétition avait notamment été signée par plus de 5.000 personnes. En vain. Aucun gynécologue obstétricien n’a répondu à l’appel pour remplacer les trois professionnels de santé nécessaires au maintien de l’activité dans la clinique Saint-Louis.

Une heure de route minimum vers Montpellier ou Nîmes

Les habitants dénoncent la disparition « d’un service de proximité indispensable » qui les expose « à des risques inacceptables ». Pour accoucher, à compter du 19 décembre, ils devront se rendre à Montpellier ou Nîmes, des communes situées (dans le meilleur des cas) à une heure de route. « L’autorisation pour la maternité est maintenue », souligne Didier Jaffre, directeur général de l‘ARS, qui se veut optimiste. « Le jour où nous retrouverons l’ensemble des médecins, elle rouvrira. »

En attendant une hypothétique réouverture, un centre périnatal de proximité accueillera les futures mamans et les jeunes mamans au sein de l’établissement.