Strasbourg : La ville veut mettre en place des espaces sans tabac autour des écoles

Tabagisme Après les parcs puis les aires de jeux, la ville de Strasbourg va mettre en place des « espaces sans tabac » aux alentours des écoles avec pour objectif de mieux « protéger les jeunes générations de l’entrée dans le tabagisme »

Gilles Varela
Les abords de l'école du Neufeld à Strasbourg sont labellisés «Espace sans tabac»
Les abords de l'école du Neufeld à Strasbourg sont labellisés «Espace sans tabac» — G. Varela / 20 Minutes
  • Strasbourg expérimente un « espace sans tabac » devant l’école élémentaire et maternelle du Neufeld.
  • Accompagné d’un dispositif de médiation et de sensibilisation des dangers du tabagisme auprès des élèves et des parents d’élèves, le dispositif devrait s’étendre prochainement à l’ensemble des écoles de la ville.
  • Une initiative qui vient compléter les espaces labellisés sans tabac déjà en place dans 123 parcs et aires de jeux de la ville.

« Déconstruire les représentations positives autour du tabac, celles qui consisteraient à dire que "fumer c’est cool, que c’est un symbole de liberté". Eh bien non ! Cela nuit à la santé, ça pollue aussi. » C’est ainsi que Jeanne Barseghian, maire de Strasbourg, a présenté ce jeudi une nouvelle mesure, une expérimentation, d’un « espace sans tabac », devant l’école élémentaire et maternelle du Neufeld à Strasbourg. C’est le premier établissement où cette mesure est prise par l’équipe municipale. Elle devrait s’étendre, « très prochainement », mais selon un calendrier qui n’est pas encore défini, à l’ensemble des écoles de la capitale européenne. Objectif : protéger les plus jeunes du tabagisme passif, mais aussi mieux « protéger ces jeunes générations de l’entrée dans le tabagisme ».

Un premier « bilan sera fait d’ici à la fin de l’année scolaire », détaille Alexandre Feltz, médecin, addictologue et adjoint à la maire en charge de la santé publique et environnementale. L’élu, graphique en main, souligne l’importance de ces mesures de prévention face à un tabagisme qui augmente à nouveau, depuis le confinement, pendant lequel « de nombreuses personnes se sont mises ou remises à fumer ».

Citant en exemple un pays comme le Canada où « ces espaces sans tabacs existent, beaucoup plus stricts et aux périmètres plus larges », il est persuadé, comme le montrent toutes les études, que « la disparition du tabac dans l’espace public est primordiale pour que la cigarette disparaisse de l’imagerie mentale des enfants ». Et pour y arriver, l’espace sans tabac est identifié par un affichage devant les entrées de l’école, accompagné par la distribution d’un flyer. Une équipe de jeunes médiateurs, issus des facultés de médecine ou de pharmacie, dialoguent par ailleurs avec les parents aux moments des entrées et sorties de classe. Une tabacologue interviendra également en classe de CM2 alors que les professionnels de santé scolaire de la ville et les responsables périscolaires, relaieront les messages de prévention.



Tout le monde d’accord

La mesure est prise à la demande « forte des parents », souligne la maire, formulée en 2019. Confirmation ce matin aux portes de l’établissement de cet assentiment : impossible pour nous de trouver des parents d’élèves en désaccord avec cette expérimentation. « Tabagisme passif encore plus dangereux pour les tout-petits » , « risque de brûlure », « mauvais message de fumer devant eux »… Les arguments entendus à l’heure de rentrée auraient fait plaisir à la Ligue contre le cancer, dont le président du Bas-Rhin, Gilbert Schneider, avait pour l’occasion fait le déplacement.


La maire de Strasbourg Jeanne Barseghian (en jaune) et son adjoint Alexandre Feltz devant l'école du Neufeld à  Strasbourg le 17 novemre 2022
La maire de Strasbourg Jeanne Barseghian (en jaune) et son adjoint Alexandre Feltz devant l'école du Neufeld à Strasbourg le 17 novemre 2022 - G. Varela / 20 Minutes

Tout au plus, les doléances entendues ce jeudi portaient sur d’autres attentes, comme celle d’obtenir des enseignants supplémentaires, la fin des déjections canines aux alentours de l’école, la tenue en laisse, voire leur interdiction, des chiens aux heures de rentrées et de sorties, l’arrêt de suppression de chemins de randonnées dans la forêt d’Illkirch-Graffenstaden… Côté tabagisme, fumeurs, occasionnels ou pas, approuvent cette mesure, même « s’il n’y a pas besoin de tout réglementer », car « ça coule de source de ne pas fumer quand il y a des enfants ».

Un dispositif qui finalement prend sens à Strasbourg, ville précurseure en matière de prévention du tabagisme. Rappelons qu’elle a été la première dès 2018 à généraliser l’interdiction de fumer dans tous les parcs et aires de jeux de la ville tout en menant in situ à des actions de sensibilisation et de « médiations tabac ». Aujourd’hui à Strasbourg, 123 espaces sont ainsi labellisés « espace sans tabac ».