Covid-19 : Le nouveau variant B.Q.1.1 est-il responsable de troubles digestifs ? Prudence

FAKE OFF Diarrhées, vomissements, maux de ventre… Ces nouveaux symptômes ont été attribués au nouveau variant du Covid-19. Mais la conclusion est peut-être un peu trop hâtive

Lina Fourneau
— 
Illustration d'un homme souffrant de maux de ventre.
Illustration d'un homme souffrant de maux de ventre. — CLOSON/ISOPIX
  • Le nouveau variant du Covid-19, B.Q.1.1, fait son apparition en France et inquiète par les effets secondaires qui lui ont été attribués : diarrhées, vomissements et maux de ventre.
  • Seulement, ces observations ne sont pas complètement vérifiées et ont surtout été publiées dans un article d’un site peu scrupuleux en Thaïlande, note Le Parisien.
  • D’après le virologue Yannick Simonin, interrogé par 20 Minutes, il est encore trop tôt pour savoir si le nouveau variant provoque davantage de symptômes gastriques par rapport aux précédents variants.

Il y a deux petits nouveaux dans la bande du Covid-19. Ils s’appellent XBB et B.Q.1.1. On aurait préféré que ça soit le nom de nouveaux robots de l’univers Star Wars, mais non il s’agit malheureusement de nouvelles souches du virus.

Et qui dit nouvelle souche, dit nouveau symptôme. Sur les réseaux sociaux, le variant B.Q.1.1 s’est notamment fait remarquer pour être la cause de nombreux troubles digestifs, comme des diarrhées, des maux de ventre ou encore des vomissements. Rien de très réjouissant. Seulement, auprès du Parisien, des spécialistes expliquent qu’il s’agit uniquement de « suppositions ». 20 Minutes revient sur cet emballement autour de nouveaux symptômes peu ragoûtants.

FAKE OFF

Tout commence dans la nuit de lundi à mardi, où le néphrologue et pédiatre Rémi Salomon indique sur son Twitter : « L’arrivée du variant B.Q.1.1 n’est pas une bonne nouvelle. […] Il a la particularité de provoquer diarrhée et vomissement ». Le lendemain, L’Express publie un article à ce sujet titré « Covid : Diarrhées, vomissements… Les nouveaux symptômes du variant B.Q.1.1 ». Depuis, le titre a été changé pour « Covid : Que sait-on des nouveaux symptômes du sous-variant B.Q.1.1 ? ». « Cet article a été mis à jour pour insister sur le caractère encore hypothétique du lien entre les nouveaux symptômes évoqués et le sous-variant B.Q.1.1 », explique un edit du 12 octobre.

Mardi, Rémi Salomon a également supprimé son tweet, précisant : « On me signale que les sources indiquant la présence de troubles digestifs avec ce variant ne seraient pas fiables. Par contre B.Q.1.1 arrive bien dans plusieurs pays et les travaux expérimentaux montraient qu’il échappe plus à nos anticorps. Reste donc à voir quelle gravité ».

En effet, nos confrères du Parisien ont expliqué dans un article publié mercredi que ces effets secondaires avaient surtout été dévoilés par un site peu vérifié thaïlandais « Thailand Medical News ». L’article y démontrait que plusieurs observations cliniques du nouveau variant révélaient des « douleurs abdominales sévères ». Seulement, l’article s’appuie sur 14 cas positifs, un panel trop faible pour tirer la moindre conclusion.

« Ce sont surtout des observations »

Le problème, c’est que ce variant - s’il est surveillé de près - est trop récent pour apporter des conclusions trop hâtives sur ses effets secondaires. « Pour le moment, nous savons seulement que ce variant fait partie de la famille d’Omicron et plus précisément qu’il dérive de BA5, c’est une sorte de sous-variant. Il est surveillé de près car il a trois mutations de plus par rapport au variant BA5. Cela suggère que c’est un variant qui pourrait résister un peu plus aux anticorps », explique Yannick Simonin, virologiste et enseignant-chercheur à l’université de Montpellier.

D’après le spécialiste, il n’y a pas encore assez de données pour le moment pour attribuer les troubles digestifs à ce nouveau variant. « Ce sont surtout des observations, aucun article scientifique ne le prouve vraiment. Nous n’avons encore que quelques témoignages de médecins qui observent un peu plus de symptômes », souligne Yannick Simonin.

Des troubles déjà présents

Par ailleurs, les troubles digestifs ont toujours existé dans les effets secondaires du Covid-19, même s’ils restaient très minoritaires. « Nous avons déjà observé des nausées ou diarrhées par exemple. Est-ce que le variant B.Q.1.1 provoque plus de problématiques gastriques ? Peut-être que oui, peut-être que non », tempère le virologue. Pour l’instant, la question est trop hâtive et la réponse sera sûrement précipitée, voire fausse.

Toutefois, il se pourrait également que des effets secondaires - comme les troubles gastriques - évoluent par rapport aux précédents variants. « Ce n’est pas impossible. Nous avons déjà remarqué des changements de symptômes entre les différents variants », précise Yannick Simonin. Avant d’ajouter : « La majorité de la population est soit vaccinée, soit infectée, soit les deux. Ce critère peut avoir une conséquence sur l’apparition des symptômes, les atténuer et en atténuer moins d’autres ». Des données plus sûres sont attendues dans les prochaines semaines.