Covid-19 : Joe Biden a-t-il vraiment dit que la pandémie était terminée ? Prudence

Fake OFF Le discours du président américain était précipité et peut-être un peu trop optimiste

Pigiste Actu
Joe Biden, président des Etats-Unis, a-t-il mis fin à la pandémie ?
Joe Biden, président des Etats-Unis, a-t-il mis fin à la pandémie ? — Susan Walsh/AP/SIPA
  • Lors du salon de l’automobile de Detroit, le président américain, Joe Biden, a déclaré que la pandémie de Covid-19 était terminée, ce qui a réveillé plusieurs critiques envers la gestion de la crise sanitaire en France.
  • Mais il semblerait surtout que le président américain a été un peu trop optimiste, alors que son pays vient de renouveler l’état d’urgence sanitaire.
  • Les Etats-Unis connaissent encore 400 décès en moyenne par jour liés au Covid-19, et plus de 4.300 hospitalisations quotidiennes en moyenne.

« BREAKING : Joe Biden affirme que la pandémie de COVID-19 est officiellement TERMINÉE ». Ce tweet, publié le 19 septembre par un média américain spécialisé dans le rap, fait presque rêver. Et nous ne sommes pas seuls, car la publication a depuis été relayée plus de 42.200 fois sur le réseau social. En France, on s’interroge. Pourquoi aucun de nos représentants ne veut décréter à son tour le clap de fin de la pandémie ?

« Il faut prévenir Macron, Véran et Braun qu’il est inutile de nous refaire le sketch de la "8e vague" : même Biden a laissé tomber ! », s’est notamment moqué le patron des Patriotes, Florian Philippot. « Fin du match. Le Covid-19 n’a rien appris sur la médecine, à part confirmer la nullité des médecins français », condamne un autre internaute. Pourtant, en prenant en compte les chiffres de l’épidémie de Covid-19 aux Etats-Unis, l’allégation du président américain semble bien trop optimiste et précipitée. Voici pourquoi.

FAKE OFF

La déclaration de Joe Biden a eu lieu lors d’une interview réalisée par le média CBS, dimanche 18 septembre. Le journaliste de l’émission 60 Minutes interroge le président des Etats-Unis au milieu de voitures luxueuses. La scène ne se déroule pas dans le garage de la Maison Blanche, mais, on l’a vu, au salon de l’automobile de Detroit, dans le Michigan. Un salon qui, comme l’indique le journaliste, n’a pas eu lieu depuis trois ans à cause de la crise sanitaire.

Sûrement ravi d’être de retour, l’intervieweur demande à Joe Biden : « La crise sanitaire est-elle terminée ? ». « La pandémie est terminée », répond l’intéressé. Le président ajoute : « Nous avons toujours un problème avec le Covid-19. On travaille toujours là-dessus ». Le président américain aurait pu s’en arrêter là, mais non. « Comme vous le voyez, personne ne porte de masque et tout le monde a l’air plutôt en forme », ironise le président, dont le visage reste pourtant très stoïque.

Un pays toujours en urgence sanitaire

Par la suite, l’extrait a provoqué quelques sueurs froides auprès des proches du président américain, ont rapporté plusieurs médias, comme la BBC. Des responsables de l’administration Biden ont signalé à nos confrères que la gestion de la crise sanitaire restait inchangée et que l’épidémie de Covid-19 était toujours prise au sérieux. Par ailleurs, au mois d’août, les Etats-Unis ont prolongé l’état d’urgence sanitaire, en vigueur depuis janvier 2020, jusqu’au 13 octobre pour le moment.

D’après les chiffres des Centers for Disease Control and Prevention (CDC), les Etats-Unis comptent encore 400 décès en moyenne par jour liés au Covid-19 et plus de 4.300 hospitalisations quotidiennes en moyenne. Difficile donc de dire que l’épidémie est réellement terminée.

« Nous n’en sommes pas encore là »

Ces derniers jours, plusieurs autres discours optimistes sur la fin de la crise se sont multipliés dans les médias à travers le monde. La semaine dernière, le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus, a notamment déclaré que la fin de la pandémie était « en vue », avant de nuancer : « Nous n’en sommes pas encore là ».

Un lexique qui ne ravit pas tout le monde. Sur Twitter toujours, le professeur en médecine interne Josh Barocas, dans le Colorado, a critiqué l’optimisme dangereux de Joe Biden, qu’il a même qualifié de « préjudiciable ». « Je comprends que le président a fait ce qu’il pensait être politiquement opportuniste. Je comprends aussi que la plupart des Américains ne portent pas de masques. Que la plupart des Américains en ont assez de la pandémie », a décrit le professeur.

Un mauvais discours à l’international

Mais pour ce dernier, il est encore trop tôt pour mettre fin aux efforts. « Les virus ne se soucient pas de savoir qui est responsable ou ce que disent les responsables. Ils se soucient de leur propre survie et, pour l’instant, le Sars-CoV-2 fait un bon travail pour maintenir sa propre survie », s’inquiète Josh Barocas. Selon lui, le discours tenu par Biden s’avère également dangereux à l’international. « Il a isolé les États-Unis en disant “Vous faites ce que vous voulez, mais les États-Unis sortent du jeu” ».

Il est d’ailleurs intéressant de rappeler que le terme pandémie signifie, selon Le Larousse, « une épidémie étendue à toute la population d’un continent, voire au monde entier ». Ce qui, concernant le Covid-19, est toujours le cas. D’après Our World in Data, on compte toujours en moyenne 476.000 nouveaux cas par jour à travers le monde.