Des régimes à base de fruits à l’ingestion d’urine, qu’est-ce que la naturopathie ?

PSEUDO-SCIENCE Sous couvert de retour à la nature, ce courant de pensée prétend soigner diverses affections sans aucune preuve scientifique

Xavier Regnier
— 
Plantes, grand air et surtout pas de médicament, les bases de la naturopathie. (illustration)
Plantes, grand air et surtout pas de médicament, les bases de la naturopathie. (illustration) — Canva

L’interview est glaçante, et pas à cause de la température de l’eau qui y est mentionnée. Dans une vidéo de 2018 qui tourne en boucle sur les réseaux sociaux, la naturopathe Irène Grosjean conseille de placer un nourrisson fiévreux dans un bain dérivatif rempli d’eau glacée et de lui frotter longuement les parties génitales à l’aide d’un gant, pour faire retomber la température. Un geste qui ne constitue rien de moins qu’une agression sexuelle.

La polémique enflant, 17 naturopathes se réclamant de son enseignement ont été suspendus de la plateforme Doctolib. Mais au fait qu’est-ce que la naturopathie ? 20 Minutes fait le point.

Que prône la naturopathie ?

Comme son nom l’indique subtilement, la naturopathie affirme vouloir revenir à des méthodes naturelles pour soulager les maux. « Le fondement, c’est de dire que ce qui est naturel est bon pour le corps, ce qui n’est pas naturel est mauvais », explique Christian Jeambrun, président du syndicat des médecins libéraux. Un sophisme qui n’a jamais été étayé par la moindre preuve scientifique.


Située entre le « courant de pensée » et la « pseudo-science », la naturopathie s’attache surtout à un « mode de vie » et n’a rien d’une médecine, martèle le docteur. De la pratique du jeûne aux régimes à base de fruits, de l’encouragement de la pratique sportive aux lits de cristaux, « il y a autant de naturopathes que de pratiques », poursuit-il. « Le mot est gentil, on veut tous du naturel », déplore-t-il, mais vouloir un mode de vie plus sain et soigner son cancer sont deux choses très différentes.

Un naturopathe est-il un médecin ? La profession est-elle réglementée ?

Pour faire court : non et non. Il n’existe ni formation universitaire diplômante et validée par l’Etat, ni « conseil scientifique ou ordinal pour encadrer la pratique », clarifie le docteur Jeambrun. Et il n’existe pas non plus de registre, de liste officielle, de serment. En d’autres termes, « n’importe qui peut s’intituler naturopathe » du jour au lendemain, et se mettre à « faire la promotion d’un mode de vie, d’une alimentation, d’un courant de pensée sous couvert du naturel », dénonce Christian Jeambrun.

Pourtant, les naturopathes figurent parmi les « professionnels de santé » qui peuvent s’inscrire sur la plateforme Doctolib. « La gestion de la santé des gens, c’est quelque chose de sérieux ! », s’agace le médecin libéral, qui réclame que des vérifications soient faites. En ville aussi, les naturopathes ont trouvé leur place. Devant la « désertification médicale galopante » et la « dégradation de la prise en charge des patients », ils ont « pris un créneau », alerte Jean-Paul Hamon, de l’Union généraliste. Certains se sont même installés dans des maisons de santé pluridisciplinaires en quête de budget, malgré les alertes que son syndicat avait alors adressé à Agnès Buzyn.

Quelles sont les dérives qui entourent la naturopathie ?

Conseiller de faire du sport et manger des fruits, d’une manière générale, il n’y a rien de mal à ça. Les massages pour soulager une douleur, pourquoi pas. Mais quand certains naturopathes versent dans l’urinothérapie, affirmant que boire son pipi permettrait de guérir asthme, dépression, otite voire cancers (évidemment causé par quelque chose de non-naturel), c’est nettement plus problématique. Et pour revenir aux conseils d’Irène Grosjean sur les bébés, au-delà de l’attouchement, « dire que l’eau glacée fait baisser la fièvre sans connaître la cause de la fièvre, c’est dangereux », clame Jean-Paul Hamon.

Plus largement, la naturopathie, en prétendant tout guérir sans médicament, éloigne ses adeptes de la médecine et devient le creuset « d’antivax primaires » et d’un complotisme à toute épreuve. Selon Irène Grosjean, le VIH serait ainsi lié à « une attirance marquée pour les pâtes, le pain et les pizzas »… « ça tient plus de la secte qu’autre chose », prévient Jean-Paul Hamon. Derrière les remèdes se cache aussi une importante part de spiritualité, voire de religion. « Le péché originel, c’est la cuisson des aliments », affirme ainsi la papesse de la naturopathie en référence à la Bible.

« Si un naturopathe préconise de vivre nu et ne manger que des fruits », image Christian Jeambrun, les gens qui suivent son enseignement et son exemple s’imprègnent de sa personnalité. Dès lors, « où va-t-il les conduire » ? Thierry Casanovas​, proche d’Irène Grosjean, est ainsi régulièrement accusé d’être un gourou et est activement suivi par la Miviludes depuis 2012.