Variole du singe : Les doses arrivent en centre de vaccination et la campagne va s'accélérer

EPIDEMIE Les centres de vaccination dédiés à la variole du singe vont continuer à recevoir des doses, alors que le nombre de cas s'établi à 912 au 11 juillet

20 Minutes avec AFP
— 
 7.500 doses du stock national de vaccins contre la variole ont déjà été déstockées
7.500 doses du stock national de vaccins contre la variole ont déjà été déstockées — PPE/Beijersbergen/SIPA

Les centres de vaccination rouvrent, mais pas contre le Covid-19. C’est la multiplication du nombre de cas infectés par la variole du singe qui inquiète aujourd’hui les autorités sanitaires. D’ailleurs, les doses de vaccins contre le virus ont commencé à arriver dans 70 centres de vaccination, avec une  montée en charge dans les prochains jours, a indiqué mercredi la direction générale de la Santé.

Dans le détail, 7.500 doses du stock national de vaccins contre la variole ont déjà été déstockées, a indiqué le docteur Clément Lazarus, de la direction générale de la Santé, lors d’une audition sur la variole du singe devant la commission des Affaires sociales du Sénat.

Des commandes complémentaires

« 5.000 doses sont déjà prévues la semaine prochaine et la semaine suivante, et on continuera comme cela en fonction des besoins des agences régionales de santé qui nous sont remontés (…) au fur et à mesure de l’ouverture des centres de vaccination », a-t-il également précisé.

Par ailleurs, des commandes complémentaires auprès du laboratoire danois Bavarian Nordic ont été passées, et d’autres sont à l’étude, selon le médecin. D’après Santé Publique France, 912 cas de variole du singe ont été confirmés au 11 juillet en France, touchant essentiellement des hommes adultes, dont une grande majorité se trouve en Ile-de-France.

Elargissement de la vaccination, mais hausse des critiques

Face à la montée des cas, la France a annoncé l’élargissement de la vaccination à partir de cette semaine, dans des centres de vaccination référencés en ligne (www.sante.fr/monkeypox). Néanmoins, les autorités sanitaires font face à un nombre croissant de critiques faisant état de difficultés pour obtenir un rendez-vous.

« Il faut avoir les bras pour vacciner, les organisations, cela nécessite du monde, des ressources humaines (…) On essaie de monter en charge tous collectivement pour pouvoir avoir une offre de vaccination qui soit satisfaisante », a souligné le Dr Lazarus. « De premiers créneaux sont ouverts, d’autres vont suivre, on va arriver à une vitesse de croisière rapidement », a-t-il ajouté.

Assez de vaccins pour tout le monde

Il y a assez de vaccins anti-varioliques disponibles pour couvrir les besoins face à l’épidémie de variole du singe, avait lui aussi affirmé, un peu plus tôt dans la matinée, le ministre de la Santé, François Braun, lors d’une audition sur le projet de loi « de veille et de sécurité sanitaire » au Sénat.

« J’ai entendu des préoccupations locales et des soucis avec certaines agences régionales de santé, et je vais revenir vers elles (…) dès cet après-midi, pour savoir ce qui se passe », a-t-il également indiqué.