Opticiens : De nombreux manquements au remboursement intégral relevés par la DGCCRF

REMBOURSEMENT DES SOINS Sur les 710 magasins contrôlés par la DGCCRF, 514 présentaient au moins une anomalie

20 Minutes avec agences
L'intérieur d'un opticien. (illustration)
L'intérieur d'un opticien. (illustration) — Jeppe Gustafsson/Shutterstock/SIPA

Les trois quarts des opticiens et audioprothésistes contrôlés en 2021 « présentaient des manquements » à la réforme du 100 % santé, selon un bilan de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes ( DGCCRF) publié ce jeudi. Seuls 6 % des fautifs ont fait l’objet de procès-verbaux.

Devis non conformes, offre « dénigrée » voire « pas du tout proposée »… L’accès aux lunettes et aux prothèses auditives intégralement remboursées, promis en 2017 par Emmanuel Macron, se heurte à la mauvaise volonté de certains professionnels. En octobre 2020, la DGCCRF a donc lancé une enquête, qui s’est « poursuivie tout au long de l’année 2021 ».


Encore des contrôles à venir

Au total, plus de 1.000 contrôles ont été effectués dans 710 magasins. Résultat : 514 d’entre eux « présentaient au moins une anomalie […] avec des manquements de gravité variable », ayant parfois « pour effet de détourner le consommateur » ou de « limiter l’information sur l’offre ».

La plupart de ces manquements ont débouché sur de simples avertissements ou des « injonctions de mise en conformité ». Seuls 17 procès-verbaux administratifs ont été dressés pour les manquements les plus sérieux, ainsi que 15 procès-verbaux pénaux pour « pratiques commerciales trompeuses » ou « défaut d’information précontractuelle ». Pour maintenir la pression sur les récalcitrants, la DGCCRF précise qu’elle « reconduira ses contrôles » en 2023.

De son côté, l’Assurance maladie a effectué une « action de contrôle » chez 192 opticiens, notamment chez ceux affichant le taux de vente le plus faible en France pour l’offre 100 % santé. Des anomalies ont aussi été constatées dans une majorité de magasins. Mais sur les 107 fautifs, seules « 34 décisions de pénalités financières ont été prises » à ce jour, pour un montant moyen de 2.200 euros.