Vaccins : Infimiers, sages-femmes et pharmaciens pourraient bientôt pouvoir vacciner les enfants

VACCINS La Haute Autorité de santé veut ainsi « augmenter la couverture vaccinale »

20 Minutes avec agences
— 
Les infirmiers, les pharmaciens et les sages-femmes seront concernés. Illustration. .
Les infirmiers, les pharmaciens et les sages-femmes seront concernés. Illustration. . — Matteo Biatta/Sintesi/SIPA

Infirmiers, pharmaciens, sages-femmes : la Haute autorité de santé (HAS) a émis ce mardi un avis favorable à l’élargissement des compétences vaccinales de ces soignants pour les enfants dès 2 ans.

Afin de « simplifier le parcours vaccinal, de multiplier les opportunités de vaccination et donc d’augmenter la couverture vaccinale », la HAS estime que ces professionnels sont en mesure de prescrire et d’administrer les vaccins non vivants inscrits au calendrier vaccinal chez les moins de 16 ans, selon un communiqué.

Des précautions pour les enfants de moins de deux ans

Les vaccins concernés sont : BCG, Diphtérie-Tétanos-Poliomyélite, Haemophilus Influenzae de type b (HIB), Hépatite B, Coqueluche, Pneumocoque, Méningocoque B, Méningocoque C, Méningocoque ACYW, Rougeole-Oreillons-Rubéole, Papillomavirus humain (HPV), Varicelle, Grippe.

Pour les enfants (comme les adultes) immunodéprimés, la HAS recommande cependant que la question des vaccins vivants reste de la compétence des seuls médecins. Pour les enfants de moins de 2 ans, dont la couverture vaccinale est satisfaisante, la HAS émet des recommandations différentes selon les professions concernées. Ainsi, elle ne recommande pas d’élargir les compétences vaccinales des pharmaciens et des infirmiers pour cette classe d’âge. Les infirmiers, qui en avaient déjà la compétence, peuvent, eux, continuer à administrer tous les vaccins inscrits au calendrier vaccinal.

Une formation recommandée pour les soignants

Enfin, la HAS recommande d’autoriser les sages-femmes à prescrire et à administrer l’ensemble des vaccins inscrits au calendrier vaccinal. Jusqu’ici, pour les nouveau-nés, les sages-femmes détenaient la compétence de prescription et d’administration uniquement pour les vaccins BCG et hépatite B. Cette extension permet d’assurer une continuité dans la prise en charge de la naissance à l’adolescence.

La HAS recommande que cette extension soit subordonnée au suivi d’une formation certifiante pour les professionnels n’ayant pas suivi de modules spécifiques de vaccination infantile. Les sages-femmes ne sont donc pas concernées par cette formation certifiante. Par ailleurs, la HAS inclut désormais les vaccins contre le méningocoque B et contre la rage dans les compétences élargies à ces professionnels pour les vaccins destinés aux adultes.