Coronavirus à Nice : La métropole « en capacité » de rouvrir le vaccinodrome en cas d’annonces gouvernementales

COVID-19 Face au rebond de l'épidémie du nouveau coronavirus, Christian Estrosi, président de la métropole Nice Côte d’Azur, a fait de nouvelles annonces

E.M.
— 
La salle d'attente au centre de vaccination du Palais des expositions de Nice (Archives)
La salle d'attente au centre de vaccination du Palais des expositions de Nice (Archives) — Syspeo / Sipa
  • Face à la recrudescence des cas positifs, Christian Estrosi a annoncé de nouvelles actions en conseil métropolitain ce lundi matin.
  • Entre autres, la réactivation de centres de dépistages mais aussi l’intensification de la campagne de communication pour pousser à se faire vacciner.

Les chiffres de la circulation virale du Covid-19 ne cessent d’augmenter en France et les Alpes-Maritimes ne sont pas épargnées. Le taux d’incidence, le nombre de cas pour 100.000 habitants, atteint pratiquement 600. Un indicateur « très élevé » et « en très forte augmentation », comme le soulignait l’agence régionale de santé (ARS) Paca, la semaine dernière. Face à ce constat, Christian Estrosi, président de la métropole Nice Côte d’Azur, a fait de nouvelles annonces en conseil métropolitain ce lundi matin.

Parmi elles, la possibilité de « réactiver » le vaccinodrome du Palais des expositions de Nice si « le gouvernement venait à imposer un rappel systématique pour toute la population ». Il est d’ores et déjà possible d’effectuer ses doses de rappel, avec ou sans rendez-vous, au centre de vaccination Hancy, à Nice. Et pour intensifier la sensibilisation à la vaccination, « une campagne de communication à l’échelle de la métropole va être déployée ».

Davantage de centres de dépistage avant la rentrée des classes

Même si le nombre de dépistage augmente, +21 % en une semaine, « trop nombreux sont nos concitoyens qui, se pensant à l’abri ou en raison d’une inquiétante régression de l’offre de dépistage, renoncent à se faire tester et donc à s’isoler pour casser les chaînes de contamination », selon Christian Estrosi. Il pousse alors à aller se faire tester et va renforcer les moyens de le faire au milieu de l’été car des « scientifiques annoncent un nouveau pic de l’épidémie début août », d’après la métropole.

Ainsi, l’agence de sécurité sanitaire environnementale et de gestion des risques va « réactiver les centres de dépistage et notamment les dépistages salivaires pour les enfants à compter du 3 août dans les locaux de la rue Saint François de Paule/rue Max Gallo. » La semaine du 29 août, avant la rentrée des classes, des centres éphémères de dépistages seront multipliés dans Nice.