Grenoble : Les urgences du CHU ferment la nuit à cause du manque de personnel

PÉNURIE La direction espère que l’activité revienne rapidement à la normale

20 Minutes avec agence
— 
La fermeture des urgences sera effective à partir de lundi et tous les jours entre 20 h et 8 h. Illustration.
La fermeture des urgences sera effective à partir de lundi et tous les jours entre 20 h et 8 h. Illustration. — KoalaParkLaundromat / Pixabay

A Grenoble (Isère), les patients adultes devront trouver une autre solution pour se faire soigner en pleine nuit. Les services d’urgence du CHU Grenoble Alpes ont annoncé qu’ils allaient être contraints de limiter à leur accueil nocturne aux seuls patients ayant au préalable appelé le 15 et ce à partir de lundi. Une information annoncée jeudi dans un communiqué publié sur le site du CHU, a repéré l’AFP.

Les enfants et femmes enceintes non concernés

« Malgré la mobilisation exemplaire de tous les professionnels de santé libéraux et hospitaliers du territoire Sud-Isère, les services des urgences adultes sont contraints d’adapter leur fonctionnement la nuit », indique l’établissement de santé. Les services d'urgence du CHU Grenoble Alpes ont pris cette décision car ils sont confrontés à un manque de personnel.

À partir de lundi, de 20 h à 8 h, en dehors des urgences pédiatriques, gynécologiques et obstétricales, les patients « ne devront pas se déplacer aux urgences adultes sans régulation préalable par le centre 15 », prévient le groupe hospitalier. Ces mesures concernent le site de La Tronche, principal hôpital de Grenoble, et celui de la petite ville de Voiron, qui conserveront en revanche tous deux un « fonctionnement normal » en journée, précise-t-il. Le Dauphiné Libéré ajoute que le Groupe hospitalier mutualiste de Grenoble a fermé ses urgences la nuit depuis déjà plusieurs mois.

Et après ?

« Tout est fait pour rétablir dans les meilleurs délais le fonctionnement normal des services d’urgence » et le public sera dûment informé « en cas d’évolution de la situation », ajoute le CHU.

Fermetures de nuit, « délestages » sur d’autres hôpitaux, accès filtrés par les Samu : au moins 120 services d’urgence ont été forcés de limiter leur activité ou s’y préparent, a alerté le 20 mai dernier l’association Samu-Urgences de France (SUdF).