15 % des jouets vendus en France peuvent représenter un danger pour les enfants

RISQUES Environ 100.000 produits ont dû être retirés du marché et détruits à l’issue de l’enquête de la DGCCRF

20 Minutes avec agence
— 
Illustration d'un magasin de jouets.
Illustration d'un magasin de jouets. — SYSPEO/SIPA

15 %. C’est la proportion de jouets commercialisés en France qui font courir des risques aux enfants. C’est la conclusion de la récente enquête de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF).

Chaque année, l’organisme scrute le secteur des jouets pour contrôler la sécurité qu’ils offrent aux enfants et le niveau d’information des consommateurs, rapporte Capital. En 2020, les équipes de la DGCCRF ont ainsi effectué 1.770 contrôles sur 14.000 références de jouets, auprès de 1.570 établissements physiques ou de vente en ligne.

Un taux comparable aux années passées

Premier constat : sans analyse poussée, les enquêteurs ont constaté que 18 % des produits étaient porteurs d’une anomalie visuelle. Les non-conformités visuelles les plus fréquentes étaient des « coutures de peluches défectueuses », permettant un accès trop facile aux rembourrages ou petits éléments faciles à avaler par les enfants.

La DGCCRF a sélectionné 520 jouets pour les analyser plus sérieusement. Bilan : 15 % de ces produits ont été déclarés « non conformes » et ont été retirés du marché et détruits (100.000 produits au total). Le marquage CE garantissant le respect des normes de sécurité en vigueur manquait parfois, et les notices et modes d’emploi n’étaient pas toujours disponibles en français.

Chaque année, l’enquête aboutit à un taux avoisinant les 15 %, sans augmentation ni baisse. Pas de quoi s’alarmer, donc, même s’il s’agit d’un taux relativement haut. La prudence est donc de mise au moment de gâter les plus petits de la famille.