Hôpital public à Paris : L’AP-HP manque de 1.400 personnels infirmiers, selon son directeur général

PÉNURIE Les soignants multiplient les appels à l'aide face au manque de personnel

M.F avec AFP
— 
Infirmière à l'hôpital Hotel-Dieu à Paris.
Infirmière à l'hôpital Hotel-Dieu à Paris. — LEWIS JOLY/JDD/SIPA

La sonnette d’alarme avait été tirée depuis un moment, le constat est désormais là. « Il nous manque 1.400 infirmières par rapport à ce que l’on aimerait avoir », a indiqué lundi le directeur général de l’AP-HP Martin Hirsch sur la radio France Inter. Dans le détail, le groupement hospitalier d’Ile-de-France compte 1.000 infirmières et infirmiers de moins qu’il y a un an à la même époque. « On avait prévu de créer 400 postes supplémentaires, on n’a pas pu les créer », ajoute-t-il.

« Il y en a qui ont changé de métier, il y en a qui sont partis dans le privé, il y en a qui sont partis en province, il y a en qui ne sont pas venus travailler après la "diplomation" de l’été dernier (…) et il y en a beaucoup qui utilisent cette drogue douce de l’intérim, qui nous met dans une situation absolument terrible », a ajouté Martin Hirsch. A l’ AP-HP, 15 % lits restent fermés en moyenne, faute de soignants, a-t-il souligné, alors que les hôpitaux à travers la France alertent sur le manque de personnel pour cet été dans les services d’urgences.

La fuite vers l’intérim

« Avant, quand on était diplômé, on n’avait pas le droit de s’installer comme intérimaire. Intérimaire dans les métiers de santé où il n’y a pas de chômage […], ça veut dire : "Je fais le choix de travailler quand je veux, quand je peux, payé trois fois plus que les autres" », a commenté Martin Hirsch, qui a qualifié les intérimaires de « mercenaires ».

La santé fait partie des trois « urgences » auxquelles le gouvernement doit s’atteler, au côté du climat et du pouvoir d’achat, a indiqué vendredi la Première ministre Elisabeth Borne, à l’issue d’une région à Matignon avec son gouvernement. Face à la pénurie de personnels dans les hôpitaux, elle a assuré, à l’issue de cette réunion, avoir demandé aux « ministres concernés » de lui « faire des propositions très rapidement pour prendre des mesures efficaces pour l’été ».