Occitanie : Un premier cas de variole du singe confirmé chez un homme dans la région

MONKEYPOX L’Agence régionale de santé a confirmé l’infection d’un homme de la région, pris en charge médicalement et isolé dès la suspicion de son infection

B.C.
— 
Voici à quoi ressemble la variole du singe observée au microscope.
Voici à quoi ressemble la variole du singe observée au microscope. — /AP/SIPA

Les premiers cas signalés en Europe aujourd’hui sont bénins. Mais la variole du singe peut entraîner des complications cutanées et respiratoires, les formes les plus graves étant constatées chez les enfants et les personnes immunodéprimées. Selon le dernier rapport de Santé publique France, cinq cas de Monkeypox ont été confirmés en France, dont un en Occitanie.

« Un premier cas d’infection par le virus Monkeypox a été confirmé en Occitanie le 24 mai. Cet homme a été pris en charge médicalement et isolé dès la suspicion de son infection. A ce stade, son état de santé n’inspire aucune inquiétude », indique l’Agence régionale de Santé qui préconise l’isolement des personnes infectées jusqu’à trois semaines et la disparition des croûtes.

Transmission aussi interhumaine

Conjointement avec les équipes de Santé Publique France, ses services ont lancé une enquête épidémiologique en lien avec le médecin traitant de cet homme, avec l’objectif de recenser toutes les personnes ayant été en contact étroit avec lui. Ces cas contacts ont une conduite à tenir afin de limiter la propagation de ce virus.

Cette maladie infectieuse est due à un orthopoxvirus et est habituellement transmise à aux humains dans les zones forestières d’Afrique du Centre et de l’Ouest par des rongeurs sauvages ou des primates. Toutefois une transmission interhumaine est également possible via les lésions cutanées, les muqueuses d’une personne malade ou des gouttelettes comme la salive ou les postillons.