Grippe : L’épidémie augmente toujours en France, malgré un ralentissement

VIRUS Le nombre d’hospitalisations liées à l’épidémie a poursuivi sa hausse avec +17 % sur une semaine

M.F avec AFP
— 
L'épidémie de grippe se poursuit en avril en France. (illustration)
L'épidémie de grippe se poursuit en avril en France. (illustration) — Canva

L’épidémie de grippe n’est pas finie, mais frappe moins fort la France. La semaine écoulée, « les indicateurs de la grippe étaient toujours en hausse en métropole, bien que l’augmentation soit moins marquée par rapport aux quatre semaines précédentes », indique ainsi Santé publique France. L’évolution de l’épidémie était variable selon les régions, en hausse dans neuf d’entre elles, mais stable dans quatre autres.

Toutefois, le nombre d’hospitalisations liées à l’épidémie a poursuivi sa hausse (1.089, +17 % sur une semaine). En outre, « la part des décès liés à la grippe parmi l’ensemble des décès issus de la certification électronique était toujours en hausse » la semaine écoulée, « dépassant le niveau atteint lors du pic de l’épidémie de grippe 2019-2020 », Observe l’agence dans son point hebdomadaire publié ce mercredi. Ces décès concernaient majoritairement des personnes de 65 ans ou plus (83 %). Une douzaine de décès ont cependant été comptabilisés chez des moins de 15 ans et près d’une quarantaine chez des personnes âgées de 15 à 64 ans.

Pic tardif de l’épidémie et vaccin moins efficace

D’habitude, le pic de cette épidémie causée par les virus respiratoires influenza est atteint vers février. La reprise tardive de la grippe cette année peut être liée à une immunité collective moins bonne face à cette épidémie. L’hiver 2020-2021, les Français ont été moins infectés que d’ordinaire, car les mesures de confinement anti-Covid ont bloqué la circulation de bien d’autres virus.

En outre, l’intensification des dernières semaines a très probablement été favorisée par l’allègement des mesures anti-Covid, notamment la levée du masque obligatoire. Un peu plus de la moitié seulement (environ 51,4 %) des personnes à risque, les plus de 65 ans et les personnes vulnérables, a été vaccinée contre la grippe, selon les estimations de Santé publique France. Par ailleurs, le vaccin anti-grippe 2021-2022 semble d’une efficacité faible contre le virus A (H3N2), désormais largement majoritaire, selon des données préliminaires.