Pizzas Buitoni contaminées à l’E. coli : Ouverture d’une enquête pour « homicides involontaires »

RISQUE ALIMENTAIRE Plusieurs plaintes ont été déposées auprès des tribunaux en France

20 Minutes avec AFP
— 
Un lien a été établi entre des pizzas Buitoni et la recrudescence des cas d'E. Coli
Un lien a été établi entre des pizzas Buitoni et la recrudescence des cas d'E. Coli — Pixabay

La découverte de la bactérie Escherichia coli dans des pizzas surgelées Buitoni risque d’avoir des poursuites judiciaires. Une enquête pour « homicides involontaires », « tromperie » et « mise en danger d’autrui » a été ouverte après plusieurs cas graves de contamination, a indiqué le parquet de Paris ce vendredi.

Cette enquête, menée par le pôle de santé publique (PSP) du parquet de Paris, est ouverte depuis le 22 mars. Les autorités sanitaires ont annoncé mercredi avoir établi un lien entre la consommation de ces pizzas et plusieurs cas graves de contamination, alors que des dizaines d’enfants français sont tombés malades et deux sont morts.

« Mise en danger d’autrui »

« Le PSP, sur dessaisissement des parquets de Nancy et Saint-Malo et en application de sa compétence en matière d’infractions portant atteinte à la santé », s’est saisi de l’enquête, a précisé le parquet de Paris.

L’enquête porte sur les infractions de « tromperie sur une marchandise, exposition ou vente de produits alimentaires corrompus ou falsifiés et nuisibles pour la santé, mise sur le marché d’un produit préjudiciable à la santé, mise en danger d’autrui, blessures involontaires et homicides involontaires ».

Plusieurs plaintes déposées

Elle a été confiée à l’Office central de lutte contre les atteintes à l’environnement et à la santé publique (Oclaesp), la direction générale de la gendarmerie, le service des enquêtes de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) et la Brigade nationale d’enquêtes vétérinaires et phytosanitaires (BNEVP) du ministère de l’Agriculture, a précisé le parquet.

Plusieurs plaintes ont été déposées  auprès des tribunaux en France. La France connaît depuis fin février une recrudescence de cas de syndromes hémolytiques et urémiques (SHU) liés à une contamination à la bactérie E. coli.

Deux enfants sont décédés

Santé Publique France avait indiqué mercredi que 75 cas étaient en cours d’investigation, dont 41 pour lesquels des syndromes hémolytiques et urémiques « similaires » ont été identifiés, et 34 pour lesquels des analyses supplémentaires sont en cours. Deux enfants sont décédés, même si le lien avec les pizzas n’a pas été confirmé dans leurs deux cas.

Des analyses « ont confirmé un lien entre plusieurs cas et la consommation de pizzas surgelées de la gamme Fraîch’Up de la marque Buitoni contaminées par des bactéries Escherichia coli », a annoncé mercredi dans un communiqué la Direction générale de la santé, qui dépend du gouvernement. Nestlé  avait fermé deux chaînes de production situées à Caudry (Nord) qui fabriquent ces pizzas surgelées commercialisées essentiellement en France.