Covid-19 en Pays-de-la-Loire : Les indicateurs repartent à la hausse après l'apparition d'un sous-variant

EPIDEMIE Le taux d'incidence a augmenté de 21% en une semaine dans les Pays-de-la-Loire

J.U.
Image d'illustration d'un test PCR.
Image d'illustration d'un test PCR. — Paul Faith / AFP

Il est devenu majoritaire en France, et les Pays-de-la-Loire n’y échappent pas. Le sous-variant d'Omicron BA.2, décrit comme plus contagieux mais pas forcément plus grave, a fait repartir les indicateurs de l’épidémie à la hausse dans la région ces derniers jours.

D’après l’Agence régionale de santé, le taux d’incidence a en effet grimpé de 21 % en une semaine, passant à 661 cas pour 100.000 habitants ce jeudi. « On note également une accélération notable du taux de positivité (28,8 %), indique le Dr Pierre Blaise. On ne s’attend cependant pas à une vague importante. » Selon l’ARS, le nouveau sous-variant représente actuellement 70 % des cas dans la région.

Moins d’hospitalisations

Pour autant, « les projections ne laissent pas augurer une sursaturation des services hospitaliers », même si la vigilance est de mise en raison d’une épidémie de grippe qui sévit « depuis deux semaines ». Au sujet du Covid, « il y a actuellement 577 personnes hospitalisées, dont 47 en réanimation, des taux qui sont les plus bas de France, se félicite Jean-Jacques Coiplet, le directeur de l’ARS. Ce sont des données très encourageantes même si nous continuons à inciter à la prudence, en respectant les gestes barrières. »

L’Agence régionale de santé espère que l’arrivée des beaux jours « permettra d’aplanir la vague ». En attendant, elle invite la population à continuer de se faire vacciner, alors que la couverture vaccinale a tout de même atteint 86,9 % dans les Pays-de-la-Loire.