Vous avez des troubles du sommeil à cause des ronflements de votre partenaire ? Racontez-nous

VOUS TEMOIGNEZ A l’occasion de la Journée mondiale du sommeil ce vendredi, « 20 Minutes » se penche sur les troubles provoqués par les ronflements de la personne avec qui on dort

A.B.
Partager ses nuits avec une personne qui ronfle peut troubler la qualité du sommeil.
Partager ses nuits avec une personne qui ronfle peut troubler la qualité du sommeil. — TPH/SIPA

Un bruit de tracteur, de locomotive, de tondeuse ou encore de perceuse. Bref, un bruit intense qui rend dingo. Si vous le subissez chaque nuit ou presque, vous savez déjà duquel il s’agit : le ronflement. Enfin, les ronflements ! Qu’ils soient continus, intermittents voire produits avec des variations d’intensité et de sonorité, ils ont le même effet : plomber le sommeil des pauvres âmes qui partagent le lit d’un ronfleur. Ronfleur ou ronfleuse qui, pendant ce temps-là, dort profondément et ne voit donc pas où est le problème.

Ce qui rend l’équation dodo vite insoluble, d’autant que les dispositifs anti-ronflements ne sont pas réputés pour leur grande efficacité (quand le ronfleur daigne les essayer). Pour celui ou celle qui tente de rejoindre les bras de Morphée – et d’y rester jusqu’à l’heure programmée du réveil et pas avant –, dormir d’un sommeil ininterrompu et réparateur peut se transformer en mission impossible.

Est-ce votre cas ? Depuis combien de temps subissez-vous les ronflements de votre partenaire ? Dans quelles mesures et proportions ses ronflements affectent-ils votre sommeil (difficultés d’endormissement, insomnies, réveils nocturnes) ? Cela a-t-il un retentissement sur votre énergie et votre concentration le jour ? Avez-vous tenté quelque chose pour ne plus souffrir de cette nuisance sonore (bouchons d’oreilles, voire chambre à part) ? Avez-vous consulté un médecin pour gérer vos troubles du sommeil et la fatigue provoqués par ces ronflements ? Racontez-nous.