Covid-19 : Le sous-variant d'Omicron ne « provoque pas de forme plus grave », selon l'OMS

EPIDEMIE Revivez avec nous la journée du mardi 22 février en lien avec l'épidémie de Covid-19

D.R.
— 
Le sous-variant d'Omicron n'est pas plus dangereux selon l'OMS
Le sous-variant d'Omicron n'est pas plus dangereux selon l'OMS — ROMAIN DOUCELIN/SIPA
  • L’épidémie de Covid-19 a poursuivi son déclin lundi en France, la moyenne sur sept jours, qui donne une idée de l’évolution réelle de l’épidémie, décline à 81.246 cas contre 82.571 la veille.
  • Malgré les critiques, le Premier ministre britannique Boris Johnson a annoncé lundi la fin de l’isolement obligatoire pour les cas positifs au coronavirus dès jeudi au Royaume-Uni et veut « vivre avec » le virus.
  • Au Canada, les parlementaires ont approuvé lundi soir le recours à une loi exceptionnelle invoquée la semaine dernière par le Premier ministre Justin Trudeau pour mettre fin au « Convoi de la liberté ».
21h00 : Ce live est maintenant terminé, merci de l’avoir suivi avec nous. On se retrouve demain !
20h50 : L’UE harmonise ses règles pour les touristes de pays tiers

« Les États membres devraient autoriser les déplacements non essentiels pour les personnes vaccinées avec un vaccin approuvé par l’UE ou l’OMS, les personnes rétablies, et toutes les personnes en provenance d’un pays figurant sur la liste de l’UE » à partir du 1er mars.

17h47 : Le sous-variant d’Omicron n’a pas à vous inquiéter

OUF. Le sous-variant BA.2 d’Omicron -qui se répand rapidement au Danemark notamment- ne « provoque pas de forme plus grave » du Covid que le variant BA.1 qui circule largement dans le monde, a affirmé mardi une responsable de l’OMS.

15h41 : Novavax arrive en mars

Vous l’attendiez, ce nouveau vaccin ! Eh bien, ça y est, il va enfin arriver chez nous (comment ça, vous êtes pas enthousiaste ?). Les premières injections de Novavax, présenté comme une alternative pour ceux auxquels les vaccins à ARN messager font peur, sont prévues début mars, a indiqué mardi le ministère de la Santé.

La première livraison, d’environ 1,1 million de doses, est attendue en France dans les prochains jours -- « le laboratoire dit le 23, le 24 ou le 25 février »--, précise le ministère lors de son point hebdomadaire sur la campagne de vaccination anti-Covid. Sachant qu'« il faut compter 3 à 4 jours ouvrés » le temps de les acheminer, « les premières injections pourraient intervenir à partir de début mars », selon la source.

15h17 : L’Espagne prolonge son dispositif de chômage partiel jusqu’à fin mars

Le gouvernement espagnol a approuvé mardi un accord avec les syndicats et le patronat pour prolonger jusqu’à fin mars le financement public du chômage partiel, mis en place pour amortir le choc de la pandémie de Covid-19.

Ce dispositif, instauré en avril 2020 par le gouvernement du Premier ministre socialiste Pedro Sanchez, et prolongé à plusieurs reprises, devait prendre fin le 28 février.

Il sera finalement maintenu un mois supplémentaire, soit jusqu’au 31 mars, avec des prestations maintenues à l’identique pour les salariés mais une baisse des exonérations pour les entreprises.

12h15 : 83 détenus positifs à la prison de Saint-Martin-de-Ré

Le Covid-19 continue de « contaminer dans les prisons à la fois les détenus et le personnel pénitentiaire ». Dans ces endroits surpeuplés, le virus circule à « une vitesse affolante et peut contaminer un grand nombre de personnes », comme dans la prison de Sainte-Martin-de-Ré en Charente-Maritime où 83 détenus ont été testés positifs, selon nos confrères de Franceinfo.

12h12 : Le procès du 13-Novembre de nouveau reporté

Le procès des attentats du 13-Novembre 2015 ne reprendra pas cette semaine car deux accusés ont été testés positifs. Après une suspension d'une semaine à cause de la contamination au Covid-19 des accusés Mohamed Amri et Adel Haddadi, ce sont Mohamed Bakkali et Sofien Ayari qui ont été testés positifs dimanche. Ils vont donc devoir rester à l'isolement jusqu'au dimanche 27 février. De fait, le procès, Le procès, qui a déjà pris quatre semaines de retard, a été de nouveau suspendu mardi jusqu'au 1er mars

11h45 : Hong Kong impose trois tests de depistage obligatoires à tous ses résidents

Toute la population de Hong Kong doit se soumettre à trois séries de tests de dépistage du coronavirus, a déclaré mardi la dirigeante de la ville en proie à la pire vague de Covid-19 depuis le début de la pandémie.

« Ceux qui ne se soumettent pas au test seront tenus pour responsables », a assuré la cheffe de l’exécutif Carrie Lam, tout en annonçant que des responsables de Chine continentale coordonnaient désormais la politique anti-Covid du territoire.

11h45 : Hong Kong impose trois tests de depistage obligatoires à tous ses résidents

Toute la population de Hong Kong doit se soumettre à trois séries de tests de dépistage du coronavirus, a déclaré mardi la dirigeante de la ville en proie à la pire vague de Covid-19 depuis le début de la pandémie.

« Ceux qui ne se soumettent pas au test seront tenus pour responsables », a assuré la cheffe de l’exécutif Carrie Lam, tout en annonçant que des responsables de Chine continentale coordonnaient désormais la politique anti-Covid du territoire.

11h43 : La reine Elizabeth II, atteinte du Covid-19, annule des engagements

La reine Elizabeth II, testée positive au Covid-19 dimanche, a annulé des engagements par visioconférences prévus mardi, a annoncé Buckingham Palace. La souveraine de 95 ans « présentant toujours des symptômes légers semblables à ceux d’un rhume, elle a décidé qu’elle ne tiendrait pas les engagements en ligne prévus aujourd’hui, mais elle poursuivra des tâches légères », a ajouté le palais.

Elizabeth II, qui a passé le 6 février le cap des 70 ans de règne, a été testée positive au Covid dimanche. Elle avait rencontré le 8 février son fils le prince Charles, testé positif deux jours plus tard.

11h18 : Cette info sur Dubaï ou vous donner à relire un chouette article...

... De Marie de Fournas qui se demande comment Dubaï a fait pour attirer autant de touristes en pleine pandémie :


 

11 heures : ça plane pour Dubaï

L’aéroport international de Dubaï reste le premier au monde en termes de voyageurs internationaux et espère se rapprocher d’ici 2024 du niveau d’avant la pandémie dont il est encore « bien loin », a déclaré mardi son PDG. En 2021, environ 29,1 millions de passagers ont transité par Dubaï, soit « une croissance annuelle de 12,7 % », a annoncé mardi l’aéroport international de Dubaï (DXB) dans un communiqué.

Ces nombres « dépassent les prévisions pour l’année de plus d’un demi-million de passagers, grâce à un solide dernier trimestre », a-t-il ajouté. « Nous sommes bien loin des niveaux pré-pandémie », a reconnu Paul Griffiths, PDG de Dubaï Airports.

L’aéroport vise les 57 millions de passagers pour l’année 2022, selon lui, mais espère « dépasser cet objectif ». « Je pense que d’ici la fin de 2023 nous serons beaucoup plus proches des niveaux pré-pandémie », a-t-il déclaré, misant sur l’ouverture progressive de l’Australie et l’Asie.

10h45 : Hong Kong lance un pass vaccinal

Hong Kong va lancer un pass vaccinal cette semaine, ont annoncé lundi les autorités au moment où les hôpitaux sont submergés par une vague de cas liés au variant Omicron. A partir de jeudi, tous les habitants âgés de douze ans et plus devront notamment prouver qu'ils ont reçu au moins une dose ou qu'ils bénéficient d'une exemption médicale pour manger au restaurant.

La ville de 7,5 millions d'habitants, une des plus densément peuplées au monde, fait face à la pire vague de Covid-19 depuis le début de la pandémie. A l'image de la Chine continentale voisine, Hong Kong applique une stratégie zéro Covid et le territoire n'a enregistré aucun cas local durant des mois malgré un faible taux de vaccination.

10h30 : L'amélioration continue en France

La vague épidémique a poursuivi son déclin ce lundi en France, en matière de contaminations comme d'hospitalisations, confirmant une tendance engagée depuis plusieurs semaines.

Au cours des dernières 24 heures, 17.195 nouveaux cas ont été enregistrés, selon l'agence Santé publique France. Avec ce chiffre, la moyenne sur sept jours, qui donne une idée de l'évolution réelle de l'épidémie, décline à 81.246 cas contre 82.571 la veille.

10h05 : Blocages levés au Canada

Les parlementaires canadiens ont approuvé lundi soir le recours à une loi exceptionnelle invoquée la semaine dernière par le Premier ministre Justin Trudeau pour mettre fin à la contestation historique contre les mesures de santé publique.

Le Premier ministre du Canada Justin Trudeau avait affirmé quelques heures plus tôt que l’état d’urgence dans le pays « n’était pas terminé », au lendemain d’un week-end durant lequel la police a repris le contrôle de la capitale Ottawa, dont le centre était paralysé depuis fin janvier par des opposants à la politique sanitaire du gouvernement.

10 heures : Heurts en Nouvelle-Zélande

Des manifestants anti-vaccins néo-zélandais ont lancé une « substance irritante » en direction des forces de l’ordre mardi, blessant trois policiers, lors d’une manifestation marquée par des heurts et qui dure depuis plusieurs semaines.

La Première ministre Jacinda Ardern a dénoncé des scènes « absolument honteuses » en réaction à cette attaque présumée à l’acide et un autre incident pendant lequel un manifestant à bord d’une voiture a accéléré en direction des forces de l’ordre, avant de s’arrêter net à quelques centimètres d’eux.

 

9h45 : Il est trop tôt pour évaluer les effets du pass vaccinal, reconnaît Véran

Il n’est pas encore possible d’évaluer les effets du pass vaccinal introduit en France en début d’année contre l’épidémie de Covid-19, a admis mardi le ministre de la Santé, Olivier Véran, se disant toutefois convaincu de son efficacité.

« Le recul manque encore pour en faire une évaluation complète et rigoureuse », a expliqué M. Véran lors d’une audition au Sénat par la commission d’enquête sur l’adéquation du pass vaccinal à l’évolution de l’épidémie de Covid-19. « C’est trop tôt, ça fait un mois. »

09h36 : Ces mesures « vécues comme une contrainte »

« A chaque fois que nous pouvons lever une mesure qui est vécue comme une contrainte par la population, nous le devons et nous le faisons », a déclaré Olivier Véran. Pour lui, le « gros que nous avons gagné en termes de vaccinations, nous l’avons gagné ». Le pass vaccinal est donc toujours en cours pour éviter surtout de surcharger l’hôpital et non plus pour encourager les irréductibles anti-vaccins à passer sous la seringue.

09h31 : Il faut « rester prudent »

D’après le ministre de la Santé, « on a passé le plus dur » mais il faut rester « prudent » car de nouveaux variants pourraient apparaître.

09h29 : La levée du pass vaccinal sous conditions

Si le ministre de la Santé a assuré que la levée du pass vaccinal est toujours envisagée par l’exécutif, il a rappelé qu’elle était conditionnée. Le gouvernement estimera que le pic de l’épidémie sera passé lorsque le nombre de Français en réanimation sera passé sous les 1.500 patients. « Le facteur R [doit être] durablement inférieur à 1 » et le taux d’incidence entre 300/500 « au plus fort pour pouvoir considérer qu’on a passé le plus dur », a ajouté Olivier Véran. D’après le ministre de la Santé, alors que la pandémie recule en France, ces conditions pourraient être réunies d’ici « deux à trois semaines ».

09h19 : Avec l’obligation vaccinale, « on serait arrivés après la bataille »

« Si on avait mis en place une obligation vaccinale, on aurait mis trois mois (…) donc on serait arrivés après la bataille », estime le ministre de la Santé. Olivier Véran défend toujours le pass vaccinal devant le Sénat ce mardi et estime que sa mise en place a permis une grande réactivité au gouvernement. Il rappelle aussi qu’il aurait été difficile de contrôler les Français en cas d’obligation vaccinale.


 

09h14 : La levée de pass toujours envisagée mi-mars

Après avoir fait le point sur les récentes levées des restrictions sanitaires, Olivier Véran a rappelé que des changements sont à venir le 28 février. « Si cette trajectoire positive se confirmait (…) nous pourrions envisager une levée du pass à la mi-mars », a répété le ministre de la Santé devant le Sénat, expliquant que l’exécutif souhaite maintenir des levées « progressives » des mesures afin d’éviter un rebond de l’épidémie de Covid-19. « Notre système de santé reste très exposé », a martelé Olivier Véran.


 

09h11 : Un pass « incontestablement » utile pour la lutte contre le Covid-19

Olivier Véran, auditionné devant le Sénat sur le pass vaccinal, a estimé que la rapidité de la mise en place du pass vaccinal était une « prouesse ». De plus, il a « incontestablement » permis de lutter contre l’épidémie de Covid-19, a considéré le ministre de la Santé. Notamment parce que, dans les lieux à risque, « le pass sanitaire ne permettait pas de prévenir la présence de personnes non protégées ».

09h07 : Olivier Véran devant le Sénat

Olivier Véran est auditionné sur le pass vaccinal devant le Parlement, il doit justifier des restrictions toujours en vigueur. Il doit répondre aux questions de la mission d’information de la commission des affaires sociales.


 

07h20 : Plus d’isolement Outre-Manche

Malgré les critiques, le Premier ministre britannique Boris Johnson a annoncé lundi la fin de l’isolement obligatoire pour les cas positifs au coronavirus dès jeudi en Angleterre, mesure clef et controversée de sa stratégie pour vivre avec le Covid-19 comme avec la « grippe ».

Le Royaume-Uni, parmi les pays les plus durement touchés par la pandémie avec plus de 160.000 morts, a été parmi les premiers en Europe à essayer de revenir à la vie d’avant la pandémie, s’appuyant sur une forte couverture vaccinale.

Bonjour à toutes et à tous et bienvenue sur ce live où nous suivrons ce mardi l'épidémie de Covid-19 qui semble poursuivre son déclin en France. On vous tient au courant toute la journée des nouvelles mesures ou, on l'espère, des nouvelles levées de restrictions...