L’épidémie de grippe reste active sur le territoire, malgré des disparités géographiques

VIRUS La situation est particulièrement surveillée dans le Sud-Est où elle continue de progresser et en Ile-de-France où elle repart à la hausse

20 Minutes avec AFP
La grippe saisonnière pourrait connaître une reprise à l'abandon des gestes barrières.
La grippe saisonnière pourrait connaître une reprise à l'abandon des gestes barrières. — Mourad ALLILI/SIPA

Alors que les contaminations baissent sur le front du Covid, elles augmentent sur celui de la  grippe. Le virus reste actif dans de nombreuses régions françaises. La situation est particulièrement surveillée dans le Sud-Est où elle continue de progresser et en Ile-de-France où elle repart à la hausse, selon le bilan hebdomadaire de Santé publique France publié ce mercredi.

Lors de la cinquième semaine de l’année, « l’évolution de l’activité grippale était toujours variable selon les régions », résume l’agence sanitaire dans un communiqué.


Disparités régionales

« Les indicateurs de grippe et syndrome grippal étaient toujours à la hausse en Provence-Alpes-Côte d’Azur et en Corse et en augmentation cette semaine en Auvergne-Rhône-Alpes, Bretagne et Ile-de-France », précise-t-elle. « En revanche, une baisse des indicateurs était observée dans les régions Centre-Val de Loire et Hauts-de-France ».

« Les indicateurs étaient stables dans les autres régions » métropolitaines, selon Santé publique France. En Outre-mer, la Guyane est passée en phase épidémique, tandis que Mayotte est sortie de l’épidémie.

Moins d’immunité

L’hiver précédent, les confinements et les mesures anti-Covid avaient bloqué la circulation des autres virus, comme celui de la grippe. Les Français ont été moins infectés que d’habitude et sont donc moins immunisés sur le plan collectif, ce qui favorise une reprise de l’épidémie cet hiver.

« Tout relâchement des mesures de contrôle à l’issue de la cinquième vague de Covid-19 pourrait se traduire par une intensification de l’activité grippale », prévient l’agence sanitaire. C’était aussi le cas pour la bronchiolite qui touche essentiellement les nourrissons et a donné lieu à une épidémie toujours en reflux, malgré un léger rebond du côté des actes de SOS Médecins.