Covid-19 : La dose de rappel du vaccin fait le plein chez les soignants

EPIDEMIE L’obligation vaccinale « renforcée » annoncée avant les vacances de Noël s’impose sans heurts chez les soignants

20 Minutes avec AFP
— 
Les soignants sont obligés de se vacciner pour exercer leur profession
Les soignants sont obligés de se vacciner pour exercer leur profession — Odd ANDERSEN / AFP

La dose de rappel du vaccin contre  le coronavirus, obligatoire pour exercer à partir de dimanche,  sous peine d’être suspendu sans rémunération, a été réalisée par plus des trois quarts des soignants.

Loin des manifestations qui avaient précédé son entrée en vigueur mi-septembre, l’obligation vaccinale « renforcée » annoncée avant les vacances de Noël s’impose sans heurts chez les soignants.

Les professionnels libéraux en tête du podium

Dans les hôpitaux et les cliniques, 68,2 % ont déjà reçu leur dose de rappel, soit 76,9 % des salariés éligibles – en ne tenant pas compte de ceux « récemment infectés » – selon le dernier point épidémiologique de Santé publique France, arrêté à mardi. Les personnels des maisons de retraite (Ehpad) et des services de soins de longue durée (USLD) font un peu mieux, avec 69,4 % de rappels vaccinaux, soit 77,8 % des soignants éligibles. Les professionnels libéraux sont les plus en avance : 81,4 % ont reçu leur rappel, soit 86,3 % des effectifs éligibles.

Ceux qui n’ont pas encore complété leur schéma vaccinal ne seront pas pour autant automatiquement suspendus dimanche. La règle est en effet calquée sur le pass vaccinal, « à savoir l’application du délai de sept mois » maximum depuis la dernière injection (première ou deuxième dose selon les cas), a rappelé le ministère de la Santé dans une note diffusée début janvier. Ce délai sera réduit à 4 mois à compter du 15 février, sauf pour les personnes bénéficiant d’un certificat de rétablissement du Covid-19, ou de contre-indication à la vaccination.