Covid-19 : Plus de 31.000 personnes hospitalisées, 350.000 nouveaux cas

EPIDEMIE Retrouvez minutes après minutes les dernières informations liées à la pandémie de coronavirus en France et dans le monde

M.F, X.R & M.A
— 
Unité soin intensif. (Illustration)
Unité soin intensif. (Illustration) — Gabrielle CEZARD/SIPA

L’ESSENTIEL

  • 392.168 nouvelles contaminations ont été enregistrées en 24 heures jeudi. La hausse des hospitalisations se poursuit également avec 30.982 malades recensés ce jeudi contre 30.624 la veille.
  • Le seuil des 130.000 morts du Covid-19 depuis le début de la pandémie a été franchi jeudi en France.
  • La pilule anti-Covid du fabricant Pfizer a été approuvée par l’Agence européenne des médicaments (EMA) et sera commercialisée sous le nom de Paxlovid.

A VOIR

A LIRE AUSSI

 

C'est la fin de ce live. Merci de nous avoir suivis. Retrouvez les informations liées au coronavirus sur notre site.
Plus de 31.000 personnes étaient hospitalisées vendredi pour des cas de Covid-19, un nombre stable malgré la contagiosité du variant Omicron, selon les chiffres de Santé publique France, qui a recensé quelque 350.000 nouveaux cas en 24 heures. Les hôpitaux en France comptaient 31.271 patients du Covid-19, contre 30.982 la veille et 28.457 il y a une semaine.

Si les hospitalisations continuent de grimper, le nombre de patients en services de soins critiques (qui accueillent les cas les plus graves), lui, diminue : ils étaient 3.656 vendredi, contre 3.694 la veille et 3.792 le vendredi précédent. Les nouvelles hospitalisations sont elles aussi stables, avec 3.098 personnes admises vendredi (trois de plus que la veille), tandis que les entrées en soins critiques reculent (3.656 contre 3.694 jeudi).

102.875 décès

Depuis le début de la pandémie, la France a enregistré 102.875 décès à l’hôpital au total (dont 264 ces dernières 24 heures). Au total, 130.278 personnes sont mortes du Covid-19 à l’hôpital, en maison de retraite ou dans d’autres établissements médico-sociaux.

La circulation du virus reste forte mais semble se stabiliser, avec 353.503 nouvelles contaminations, contre 392.168 la veille. Sur les sept derniers jours, la moyenne quotidienne s’établit à 353.622.

Face à la propagation du variant Omicron, désormais responsable d’au moins un décès sur deux avec Covid-19 à l’hôpital, la campagne de vaccination se poursuit : 53,937 millions de personnes ont reçu au moins une injection, soit 80 % de la population. Plus de 78 % ont un schéma vaccinal complet.

20h17 : Trois mises en examen à Paris pour des faux pass sanitaires

Trois hommes soupçonnés d’avoir usurpé l’identité numérique de médecins et établi plus de 60.000 passes sanitaires falsifiés ont été mis en examen vendredi à Paris, a-t-on appris de source judiciaire. Ces trois hommes, interpellés mardi, ont été mis en examen notamment pour « atteintes à un système de traitement automatisé de données », « faux administratif », « blanchiment aggravé » et « association de malfaiteurs ».

Deux d’entre eux ont été placés en détention provisoire, le troisième a sollicité un débat différé devant le juge des libertés et de la détention et incarcéré dans l’attente. Deux autres personnes avaient aussi été interpellées mardi en région parisienne mais elles ont été remises en liberté sans être présentées à la justice.

20h15 : Plus de 660.000 morts en Russie depuis le début de la pandémie
18h10 : Washington a commencé à expédier 7,4 millions de doses de Pfizer au Bangladesh

Les Etats-Unis ont commencé vendredi à expédier 7.434.180 doses supplémentaires du vaccin Pfizer contre le Covid-19 au Bangladesh, l’un des pays les plus pauvres et les plus peuplés au monde, a indiqué une responsable de la Maison Blanche.

« Nous sommes fiers de pouvoir livrer ces vaccins sûrs et efficaces », a-t-elle indiqué, notant que les Etats-Unis ont désormais dépassé le seuil de 400 millions de doses de vaccins données à des pays moins favorisés. Avant l’envoi annoncé vendredi, les Etats-Unis avaient déjà envoyé plus de 28 millions de doses au Bangladesh, selon la Kaiser Family Foundation.

18h05 : Le traitement de la société française Xenothera n’est pas autorisé

L’Agence du médicament ANSM a rejeté la demande d’autorisation d’anticorps de synthèse contre le Covid-19 produits par la société française Xenothera, faute d'« intérêt thérapeutique » prouvé à ce stade, a-t-elle indiqué vendredi.

Le laboratoire basé à Nantes avait demandé une autorisation pour son médicament Xav-19 dans le traitement des « atteintes pulmonaires modérées dues au Covid-19 ». « A ce stade, les données fournies par le laboratoire ne permettent pas de démontrer cliniquement l’intérêt thérapeutique des anticorps polyclonaux » pour cette indication, écrit l’agence, selon laquelle il n’est pas prouvé que le rapport bénéfice-risque soit positif.

17h54 : Au Congo, le président Sassou demande à la force publique de sensibiliser la population à la vaccination

Le chef de l’Etat congolais Denis Sassou Nguesso a demandé vendredi aux policiers, gendarmes et militaires, vaccinés selon lui à 99 % contre le Covid-19, de sensibiliser la population, dont la couverture vaccinale globale dépasse à peine les 10 %. « La force publique est à plus de 99 % vaccinée. C’est un exemple de cohésion et de discipline », a déclaré le président lors d’une cérémonie de port d’insignes de grade. « Je l’invite à se mettre en liaison avec le peuple, à participer à sa sensibilisation, pour qu’il adhère au processus engagé », a-t-il ajouté.

17h12 : La pilule anti-Covid de Merck reste « active » contre Omicron

Le traitement antiviral, baptisé molnupiravir, avait été le premier du genre contre le Covid-19. Finalement recalé en France, le médicament, qui doit être administré dès l’apparition des symptômes, resterait « actif » contre le variant Omicron, selon des études in vitro réalisées dans six pays. Ces travaux « procurent une confiance supplémentaire dans le potentiel du molnupiravir d’être une option de traitement importante pour certains adultes présentant des cas de Covid-19 légers ou modérés, et risquant de développer un cas grave de la maladie », a déclaré dans un communiqué le Dr Dean Y. Li, président des laboratoires de recherche de Merck.

15h50 : Polémique à Bruxelles sur des textos entre Ursula von der Leyen et le PDG de Pfizer

Après un article du New York Times en avril 2021 rapportant qu’Ursula von der Leyen avait échangé des SMS avec le patron de Pfizer, Albert Bourla, dans le cadre des négociations sur un contrat d’achat de vaccins contre le Covid-19, un journaliste avait demandé à la Commission l’accès aux textos et autres documents relatifs à ces discussions. L’exécutif européen, qui était en charge de négocier les achats de vaccins pour le compte des Etats membres, a accepté de lui transmettre trois documents (un email, une lettre et un communiqué de presse) mais aucun SMS.

« Aucune tentative n’a été faite pour identifier si les textos en question existaient. Cette façon d’agir ne répond pas aux attentes en matière de transparence », a critiqué la médiatrice, Emily O’Reilly, saisie par le journaliste. Elle a donné jusqu’au 26 avril à la Commission pour répondre à ses recommandations, qui ne sont toutefois pas contraignantes. « Cette affaire est plus importante qu’un simple échange de SMS », a estimé l’eurodéputée néerlandaise Sophie in’t Veld (Renew Europe). « La Commission européenne est devenue moins transparente, moins responsable devant le Parlement européen et franchement plus déconnectée de la démocratie européenne », a-t-elle dénoncé, appelant le Parlement européen à réagir.

La Commission va envisager une mise à jour de sa politique d’accès aux documents, a indiqué un porte-parole interrogé lors d’un point de presse vendredi, sans vouloir donner plus de détails. Mais la question de l’inclusion des moyens modernes de communication, et notamment des SMS, dans les règles sur la transparence (document qui date de 2001), se pose désormais clairement à Bruxelles.

15h39 : Les soignants ont massivement reçu leur dose de rappel

Loin des manifestations qui avaient précédé son entrée en vigueur mi-septembre, l’obligation vaccinale « renforcée » annoncée avant les vacances de Noël s’impose sans heurts chez les soignants. Plus des trois quarts des soignants éligibles ont déjà reçu la dose de rappel du vaccin contre le Covid-19, qui leur sera obligatoire pour pouvoir exercer à partir de dimanche, sous peine d’être suspendu sans rémunération.

15h18 : Le « stress permanent » des mesures anti-Covid aux JO

La rigueur des précautions anti-Covid aux Jeux de Pékin et la peur d’être testé positif au dernier moment génèrent « un stress permanent », reconnaît la descendeuse française Romande Miradoli. « On essaie que ça nous en génère le moins possible, mais c’est un stress permanent parce que tous les jours on reçoit des mails, tous les jours on nous dit de ne pas oublier de faire ceci, de faire cela ». Pour éviter toute contamination de la population locale, les participants aux Jeux seront confinés dans une bulle sanitaire plus contraignante qu’à Tokyo l’an passé pour les JO d’été.

15h08 : L'Islande prévoit la levée progressive des restrictions d'ici mi-mars

Un plan en trois étapes va s'appliquer sur l'île. A partir de vendredi minuit, la jauge des rassemblements publics va passer de 10 à 50 personnes et les bars et boîtes de nuit - fermés depuis deux semaines - pourront rouvrir jusqu'à minuit, comme les restaurants. Les piscines, salles de sport et stations de ski pourront également accueillir jusqu'à 75% de leur capacité maximale (contre 50% auparavant) et la règle de distanciation sociale sera ramenée à un mètre au lieu de deux.

Puis, à partir du 24 février, la jauge des rassemblements publics passera à 200 personnes, les installations sportives pourront fonctionner normalement et les règles d'isolement seront abandonnées.

Enfin, toutes les restrictions seront levées le 14 mars, si aucun nouveau variant n'est découvert et que les cas graves ne repartent pas à la hausse.

14h51 : Les examens de spécialité sont reportés à la mi-mai

Les programmes demeurent inchangés, les élèves seront interrogés sur ce qui était prévu en mars. « Le lundi et mardi qui précèdent les examens, les autres cours n’auront pas lieu » et les lycées se concentreront sur ces enseignements de spécialité pour mieux préparer les élèves.

14h50 : Le ministre de l'Education nationale explique avoir pris sa décision sur trois critère, le premier étant « l’équité »

Deuxième critère, « la bienveillance, pour bien préparer ». Troisième critère, « la qualité du diplôme », avec « des élèves qui travaillent en continu »

14h49 : « Du fait de la crise sanitaire, certains élèves pouvaient être mal préparés pour le mois de mars et demandaient un report. […] Les enfants, les adolescents sont notre priorité. »
14h47 : Jean-Michel Blanquer devant la presse

 

14h03 : Un compromis sur les brevets des vaccins possible « dans les prochaines semaines », selon la directrice de l’OMC

Un compromis entre pays riches et en développement pourrait être trouvé sur une levée des brevets pour les vaccins contre le Covid-19 dans « les prochaines semaines », a estimé vendredi à Paris la directrice générale de l’OMC Ngozi Okonjo-Iweala.

« Nous pensons qu’un terrain d’entente, un compromis raisonnable pourrait être trouvé qui permettrait aux pays en développement d’avoir accès à des transferts de technologie et à la propriété intellectuelle tout en encourageant l’innovation et la recherche », a-t-elle déclaré lors d’une conférence de presse. « Nous espérons qu’il y aura une avancée dans les prochaines semaines », a indiqué Ngozi Okonjo-Iweala, tout en ajoutant ne pas pouvoir promettre qu’un compromis puisse être trouvé à temps pour le sommet entre l’Union européenne et l’Union africaine les 17 et 18 février prochains à Bruxelles.

13h44 : Le recours à l’activité partielle en légère hausse en décembre

Le recours à l’activité partielle a légèrement augmenté en décembre par rapport au mois précédent, alors que des mesures étaient mises en œuvre pour freiner la propagation du variant Omicron, selon une enquête de la Dares publiée vendredi.

En décembre, 420.000 salariés (soit 2,2 % des salariés du privé) ont bénéficié du chômage partiel, contre 380.000 en novembre, selon cette enquête mensuelle sur l’activité et les conditions d’emploi pendant la crise sanitaire menée par la direction des statistiques du ministère du Travail. Au plus fort de la crise au printemps 2020, près de 9 millions de salariés avaient été concernés par le chômage partiel.

13h29 : Les épreuves de spécialité du bac reportées à la mi-mai, annonce le ministère de l’Education nationale

Les épreuves de spécialité du bac, prévues du 14 au 16 mars, sont reportées à la mi-mai en raison de l’épidémie de Covid-19, a annoncé vendredi le ministère de l’Education nationale, à l’issue d’une réunion avec les représentants syndicaux.

Ces épreuves écrites, qui concernent les deux « spécialités » choisies par les lycéens en Terminale dans le cadre de la réforme du baccalauréat, « sont reportées aux 11, 12 et 13 mai », a indiqué le ministère dans un communiqué.

13h15 : Augmentation des nouvelles admissions à l’hôpital et baisse des patients en soins critiques

Entre le 17 et le 23 janvier, le nombre de nouvelles hospitalisations était en hausse (+8 %) alors que celui des admissions en soins critiques diminuait (-12 %) pour la deuxième semaine consécutive. Au 25 janvier, le nombre de patients en cours d’hospitalisation augmentait (+14 %), mais celui en soins critiques diminuait (-4 %), détaille le ministère de la Santé dans son communiqué.

13h13 : Augmentation des cas de syndrome inflammatoire multi-systémique pédiatrique

Entre le 02 mars 2020 et le 23 janvier 2022, 932 cas de syndromes inflammatoires multi-systémiques pédiatriques (PIMS ou MIS-C), dont 849 en lien avec le coronavirus, ont été signalés par les pédiatres. Depuis la semaine du 11 octobre 2021, et surtout au cours de ces 3 premières semaines de 2022, on observe une très nette augmentation du nombre des cas de PIMS.
« En France, l’incidence cumulée des PIMS en lien avec le virus a été estimée à 5,9 cas pour 100.000 habitants dans la population des moins de 18 ans. Malgré une maladie initiale qui peut être sévère, les données de la littérature montrent que très peu de séquelles sont observées lors des suivis des cas de PIMS à 6 mois », précise le communiqué du ministère de la Santé.

13h10 : Le taux d’incidence en hausse avec 3.736 cas pour 100.000 habitants​

Entre le 17 et le 23 janvier, le taux d’incidence de l’épidémie a progressé. Au niveau national, le taux d’incidence était de 3.736 cas pour 100.000 habitants, soit une augmentation de 20 %, selon un communiqué de presse du ministère de la Santé.

« Il augmentait dans toutes les classes d’âge et était le plus élevé chez les 10-19 ans (6.807). Tous âges confondus, le taux de dépistage s’élevait à 11.777/100.000 (-8 %) et atteignait 17.679 chez les 10-19 ans. Il était stable dans l’ensemble des classes d’âge, mais diminuait chez les 10-19 ans (-14 %) et les 0-9 ans (-23 %) », précise le document.

En France métropolitaine, le taux d’incidence a augmenté dans toutes les régions à l’exception de l’Île de-France (-11%). Il était supérieur à 4.000/100.000 en Auvergne-Rhône-Alpes et Pays de la Loire. En Outre-mer, le taux d’incidence a augmenté à La Réunion (+37%) et en Martinique (+6%), mais a diminué en Guadeloupe (-22%), en Guyane ( -51%) et à Mayotte (-67%).

13h06 : Les non vaccinés surreprésentés dans les chiffres de l’épidémie

Selon un communiqué de la Drees, entre le 20 décembre 2021 et le 16 janvier 2022, les 8 % de personnes non vaccinées dans la population française de 20 ans ou plus représentent 16 % des tests PCR positifs chez les personnes symptomatiques, 39 % des admissions en hospitalisation conventionnelle avec Covid-19, 54 % des entrées en soins critiques avec Covid-19 et 46 % des décès après hospitalisation avec Covid-19.

11h39 : Le variant Omicron concerne 57% des décès à l'hôpital

Moins virulent que Delta, certes, mais tellement plus contagieux, le variant Omicron devait bien finir par s'imposer et in fine être la souche la plus impliquée dans les décès. Selon un communiqué de la Drees, on estime qu'Omicron concerne 99% des tests PCR positifs et 57% des décès à l'hôpital.

Le nombre de décès liés à Delta est ainsi en chute libre depuis début janvier, passant de 130 à 75 morts quotidiens. Malgré l'efficacité réduite du vaccin contre le variant Omicron, le rappel reste protecteur contre les formes graves et les décès (plus de 90% d'efficacité vaccinale pour les 40 ans et plus), rappelle la Drees.

11h23 : Deux en un

Est-ce un masque équipé de coton-tiges ?



 

11h11 : Sept joueurs tahitiens positifs et privés de Coupe du monde des clubs

Grosse désillusion pour les joueurs de l’AS Pirae. Après les forfaits néo-zélandais et calédoniens, la modeste équipe tahitienne amateur du championnat Elite de Polynésie française a été contactée par la FIFA pour participer à la Coupe du monde des clubs aux Emirats arabes unis en février, en tant que représentant de l’Océanie. Seulement voilà, sept joueurs dont cinq titulaires ont été testés positifs et n’ont pas pu embarquer dans l’avion pour Abu Dhabi.

Avec un budget test PCR qui s’élève à plus de 3500 euros pour la délégation, le club note qu’il « est compliqué pour une association sportive à but non lucratif de supporter de telles dépenses, en plus de toutes celles engagées par ailleurs » et attend le soutien de la Fifa pour permettre à ces sept joueurs de rejoindre Abu Dhabi plus tard.

10h12 : Et 572.000 élèves contaminés !

Autre chiffres communiqués par le ministère, 572.000 élèves et plus de 35.000 membres des personnels malades ont été recensés sur 7 jours, dont 83.248 élèves ces dernières 24 heures. Les académies les plus touchées sont celles de Versailles (2051 classes fermées) et Créteil (2034), suivies par celles de Lyon et Nantes

10h05 : 21.049 classes fermées à cause du Covid, soit 4% du total

Selon un point de situation communiqué par le ministère de l'Education nationale, plus de 21.000 classes et 102 structures scolaires sont fermées suite à des cas de Covid chez les élèves ou les enseignants. Hors confinement, c'est un record depuis le début de l'épidémie.



 

9h13 : Quelle est la part de non-vaccinés dans les hôpitaux ?

Jean-Michel Constantin, chef du service de réanimation à l’hôpital de la pitié Salpêtrière à Paris assure que si « on ne peut pas dire qu’il y a que des non-vaccinés à l’hôpital », les malades en services de réanimation sont « essentiellement non vaccinés et immunodéprimés ». « Entre 25 et 30 % » de ces patients en réa ont été contaminés par le variant Omicron selon le médecin.



 

9h05 : Les tests antigéniques prennent un taquet sur Telematin

« Je ne suis pas sûr que ce soit très utile », a lancé Jean-Michel Constantin, chef du service de réanimation à l’hôpital de la pitié Salpêtrière à Paris concernant le nombre élevé de tests antigéniques effectués en France.

« On fait des tests antigéniques dont on sait que la probabilité qu’ils soient positifs quand on a la maladie, si on est asymptomatique, n’est pas tout à fait de 50 %. C’est une pièce qu’on lance en l’air qui coûte un milliard par mois », ajoute-t-il.



 

8h31 : Il n’y a pas que les contaminations qui bondissent !

« Au quatrième trimestre, l’économie française a dépassé la richesse qu’elle avait en 2019 et retrouvé son niveau d’avant-crise », a déclaré le ministre de l’Economie et des Finances Bruno Le Maire sur France 2, alors que l’Insee a établi cette croissance à 7 % du PIB en 2021.

Un « rebond spectaculaire » qui « efface la crise économique » liée au Covid-19 selon le ministre. Après un plongeon record du PIB en 2020 (-8 %), « l'économie française tourne à plein régime et elle a une capacité de réaction forte », a-t-il assuré.

8h25 : La Finlande lève ses restrictions sanitaires plus tôt que prévu

A partir du 1er février, les restrictions concernant les événements culturels et sportifs et les entreprises à faible risque seront allégées.

Dès le début du mois prochain, les restaurants pourront rester ouverts jusqu’à 21 heures, soit trois heures de plus que ce qui est actuellement autorisé, a déclaré le gouvernement dans un communiqué. Les bars devront toujours fermer à 18 heures et cesser de servir de l’alcool à 17 heures.

8h15 : Washington demande à Pékin d’assouplir ses règles anti-Covid pour les diplomates

Avec sa politique « zéro Covid » qui impose des quarantaines obligatoires d’au moins 14 jours aux passagers en provenance de l’étranger, la Chine va à l’encontre des normes internationales selon les Etats-Unis.

8h10 : Les territoires ultramarins recevront en priorité le vaccin Novavax

Après une réunion en visio-conférence avec des élus des départements et collectivités d’outre-mer, actuellement en état d’urgence sanitaire, l’Elysée a décidé que les territoires ultramarins recevront en priorité le vaccin Novavax, sans ARN messager. Le gouvernement espère que ce vaccin sera mieux accepté dans les départements où la résistance à la vaccination est encore forte.

7h50 : Les chiffres ne s’améliorent pas en Pays-de-la-Loire

Le taux de positivité approche désormais les 40 % dans la région. Le taux d’incidence est lui de plus de 4.200 cas pour 100.000 habitants. Près d’une classe sur douze de l’académie de Nantes est fermée.

 

7h40 : Préparez votre valise et mettez-y un maillot de bain

Le gouvernement marocain a décidé de rouvrir son espace aérien après plus de deux mois de fermeture. Les vols au départ et à destination du pays seront donc de nouveau permis à partir du 7 février.

 

7h30 : L’épidémie de Covid en France en trois chiffres
  • 392.168 nouvelles contaminations enregistrées en 24 heures jeudi.
  • 30.982 malades du covid-19 recensés dans les hôpitaux ce jeudi.
  • Le seuil des 130.000 morts du Covid-19 franchi jeudi.
Bonjour et bienvenue à tous dans ce live !

C’est vendredi, vous ne pensez qu’à une chose : être en week-end et vous vider la tête. Avant la libération promise, restez encore un peu avec nous sur ce live pour ne rien manquer de l’évolution de la pandémie de coronavirus.