Cancer du poumon : De plus en plus de non-fumeurs touchés, selon une étude

ALERTE Les personnes qui ne consomment pas de tabac représentent aujourd’hui 12 % des personnes atteintes d’un cancer du poumon, soit presque le double par rapport à il y a vingt ans

avec agence
— 
La majorité des cancers du poumon restent liés au tabac (illustration).
La majorité des cancers du poumon restent liés au tabac (illustration). — CHAMUSSY/SIPA

Le congrès annuel des pneumologues français s’est tenu à Lille ce week-end. À cette occasion, les  médecins ont tiré la sonnette d’alarme. D’après une étude réalisée tous les dix ans, le nombre de  cancers du poumon progresse fortement, en particulier chez les femmes, rapporte RTL. Autre constat inquiétant : bien qu’une majorité des cancers continuent d’être liés au  tabac, les non-fumeurs sont de plus en plus touchés.

Les patients qui n’ont jamais fumé de leur vie représentent aujourd’hui 12 % des personnes atteintes d’un cancer du poumon. Soit presque le double par rapport aux résultats obtenus il y a vingt ans. Les causes de ces diagnostics peuvent être multiples : facteurs génétiques ; facteurs environnementaux, comme la pollution ; ou facteurs professionnels, comme l’exposition à l’amiante.

Une maladie « sournoise »

La substance toxique longtemps utilisée dans la construction entraînerait des cancers bronchiques. « Le cancer bronchique est longtemps sournois, asymptomatique, affirme le chef du service de pneumologie de l’hôpital de Mulhouse. Quand les patients arrivent avec des symptômes, il est souvent trop tard. » Parmi les symptômes, on retrouve « une douleur thoracique, des crachats de sang, une perte d’appétit ou une perte de poids ».

En cas d’exposition potentielle, il est ainsi fortement recommandé d’aller se faire examiner par un médecin. Si la prise en charge est précoce, soit lorsque la tumeur mesure encore moins de 1 cm, les chances de survie à cinq ans sont de 90 %. Elles ne sont plus que de 5 % après le développement des métastases.