Covid-19 : La HAS donne son feu vert pour le traitement Paxlovid, mais pas « comme substitut à la vaccination »

MEDICAMENT Le gouvernement a commandé 500.000 doses pour 2022, dont les premières doivent arriver dans les prochains jours

20 Minutes avec AFP
— 
La pilule développée par Pfizer est destinée aux personnes immunodéprimées ou très âgées.
La pilule développée par Pfizer est destinée aux personnes immunodéprimées ou très âgées. — Handout / Pfizer / AFP

C’est désormais officiel : la France va pouvoir ajouter le traitement Paxlovid à son arsenal pour lutter contre le  Covid-19. Après l’Agence nationale du médicament, la Haute Autorité de santé a donné son feu vert pour une utilisation de la pilule développée par  Pfizer, dont les premières livraisons sont attendues dans les prochains jours. Le Paxlovid devient ainsi le premier antiviral anti-Covid à obtenir une autorisation d’accès précoce. Il s’agit d’un traitement avant tout destiné aux populations à risque (personnes très âgées, immunodéprimées, atteintes de certaines maladies rares…).

La HAS « autorise l’accès précoce au traitement Paxlovid (nirmatrelvir/ritonavir) du laboratoire Pfizer pour les adultes atteints de Covid-19 ne nécessitant pas d’oxygénothérapie et à risque élevé d’évolution vers une forme grave de la maladie », précise-t-elle dans un communiqué​. Elle relève toutefois que l’antiviral est contre-indiqué chez les personnes avec une insuffisance hépatique sévère ou une insuffisance rénale sévère. Elle pointe également le risque important d’interactions médicamenteuses lors de la prise de Paxlovid pour les patients qui prennent un autre traitement.

500.000 doses réservées

Efficace contre Omicron, ce traitement réduit d’environ 85 % le risque d’être hospitalisé ou de décéder du Covid-19, selon les études cliniques. Cette pilule est administrée par voie orale à raison de trois comprimés par jour pendant cinq jours. Il est recommandé de la prendre dès que possible après le diagnostic positif au Covid-19 et au maximum dans les cinq jours suivant l’apparition des symptômes.

« On a réservé 500.000 doses en 2022 et les premières livraisons – quelques milliers de doses – sont attendues dans une semaine », a indiqué jeudi l’entourage du ministre de la Santé Olivier Véran​. Son déploiement se fera notamment via une prescription par les médecins généralistes, dans toutes les pharmacies. La HAS précise toutefois que le Paxlovid « n’est pas destiné à être utilisé comme substitut à la vaccination ».