Coronavirus à Marseille : A la Timone, des enfants malades placés à l’isolement dans une unité spécialisée

REPORTAGE Face au nombre important d’enfants de tout âge atteint du coronavirus, les hôpitaux de Marseille s’organisent, et ont ouvert une unité spéciale

Mathilde Ceilles
— 
La petite Maëlys avec sa maman, lors de son hospitalisation pour cause de Covid au sein de la Timone
La petite Maëlys avec sa maman, lors de son hospitalisation pour cause de Covid au sein de la Timone — Alexandre VELLA / 20 Minutes

« Salut Rayane ! Repose-toi bien. » Le petit garçon longe aux côtés de sa maman ​les couloirs de  l'hôpital de la Timone, à  Marseille, et pousse enfin la porte qui le relie au monde extérieur. Pour lui et sa mère, le temps a paru un peu long, enfermés pendant près de six jours dans ces quelques mètres carrés.

Une semaine plus tôt, Rayane, testé positif, avait dû être hospitalisé et placé à l’isolement dans cette unité spéciale dédiée aux enfants atteints du coronavirus et d’autres maladies chroniques, allant du handicap à l’épilepsie. Et pour cause, selon le professeur Brigitte Chabrol, cheffe du service pédiatrie et neuropédiatrie à l’hôpital d’enfants de la Timone, « une infection au Covid-19 chez ces enfants entraînent une décompensation de leurs maladies sous-jacentes. »

Des enfants de 0 à 18 ans

Depuis la mi-décembre, une zone spéciale de l’hôpital, pouvant accueillir six enfants et leurs parents, à l’isolement, a ainsi été aménagée au sixième étage. Au bout du couloir, Alizée cajole sa petite Maëlys, intubée dans un lit à barreau. La maman et son bébé, atteinte d’une maladie génétique, sont arrivés la veille dans cette unité. « Elle avait une forte fièvre, et le paracétamol ne faisait pas effet, raconte Alizée. Le papa a visiblement attrapé le Covid en même temps que sa troisième dose, et on pense qu’il lui a refilé, ainsi qu’à moi. On ne croise personne pourtant. On sort très peu, comme elle est handicapée… »

Afin de limiter les risques de propagation du virus, les parents qui accompagnent leurs enfants sont également placés à l’isolement aux côtés de leur petit, le temps de l’hospitalisation. « Et on désinfecte après chaque sortie », rapporte Vanessa, l’une des infirmières de ce service. Pour prendre en charge les jeunes patients, âgés de 0 à 18 ans, les soignants revêtent une blouse spécifique, qu’ils enlèvent chaque fois qu’ils quittent la chambre. L’ensemble du matériel de soin reste également dans ce petit couloir, afin d’éviter de contaminer le reste du service pédiatrique.

245 enfants en un an

Il faut dire que, depuis maintenant plusieurs mois, la Timone fait face à un flux important de jeunes enfants malades du coronavirus. En 2020, 75 enfants avaient été hospitalisés après avoir été infectés par le Covid-19. Un an plus tard, ils sont 245. Et jusqu’à 14 enfants en même temps ont été pris en charge dans les différentes unités de l’hôpital pédiatrique. « On trouve parmi ces enfants, des nouveau-nés qui n’ont même pas quinze jours de vie, et qui présentent des difficultés pour manger et de la fièvre, liste le professeur Chabrol. On a aussi des enfants de tout âge, porteurs de maladies chroniques. Et enfin des enfants qui ont des complications, porteurs du syndrome dit Pims. »

Cette maladie, appelée également syndrome inflammatoire multisystémique pédiatrique, correspond à une complication du Covid-19 qui survient chez l’enfant quatre à six semaines après l’infection. « Elle se manifeste par une forte fièvre et parfois, une atteinte cardiaque et des douleurs abdominales, précise le professeur Chabrol. Et on est la région la plus touchée après l’Île-de-France. » Alors que la vaccination des enfants patine, la médecin en appelle aux parents. « Il faut arrêter la circulation du virus, estime le professeur Charbol. Donc il faut vacciner enfant comme adulte. Pour l’instant, on n'a eu quasiment aucun Pims chez des enfants vaccinés. »